Plein écran
© photo_news

La fin des "années bonheur" pour Patrick Sébastien

Fini les "années bonheur" pour Patrick Sébastien: l'animateur qui incarnait depuis 23 ans les divertissements populaires sur France 2 fera samedi soir ses adieux aux téléspectateurs du service public.

Après s'être plaint de la diminution du nombre de ses émissions en prime time, la direction de France Télévisions avait décidé, en octobre dernier, de ne pas le reconduire à la rentrée 2019. Ce qu'il a qualifié d'éviction "injuste" pour les téléspectateurs (ils étaient 2,8 millions pour la dernière du "Plus grand cabaret du monde" samedi dernier).

L'animateur de 65 ans, figure du service public français depuis 1996, a affirmé à TV Magazine n'avoir reçu aucune proposition d'une autre chaîne. Mais celui qui s'est décrit comme un "vieux con qu'on va mettre provisoirement à la retraite", n'a pas l'intention de lâcher le micro.

Nouvel album
Il sortira à la rentrée "Différent", un album garanti sans chansons de fêtes; depuis plusieurs mois, il livre sur scène ses confidences dans le spectacle "Avant que j'oublie"; il garde aussi le contact avec ses fidèles sur YouTube; et enchaînera cet été avec une nouvelle tournée de concerts.

Le départ de l'auteur et interprète de chansons festives comme "Le petit bonhomme en mousse", "Les sardines", "Une P'tite pipe hourra!", vient s'ajouter à la liste "d'hommes blancs de plus de 50 ans" - selon les termes de Delphine Ernotte - qui ont fait les frais du renouvellement impulsé depuis quatre ans par la patronne de France Télévisions, dont David Pujadas ou Julien Lepers.

Animateur phare
De son vrai nom Patrick Boutot, le natif de Brive-la-Gaillarde a démarré comme imitateur dans des cabarets dans les années 1970, avant d'entamer une longue carrière à la télévision, surtout dans la variété.

Dans les années 1980 et 1990, il s'impose comme l'un des animateurs phares de TF1, spécialisé dans les parodies et les sketches ("Carnaval", "Sébastien c'est fou"...).

Il triomphe en 1992 avec "Le grand bluff", dans laquelle il trompe d'autres animateurs grâce à des déguisements époustouflants de réalisme. L'émission établit un record d'audience, battu en 1998 par la finale de la Coupe du monde de football mais qui reste le divertissement le plus regardé de l'histoire du PAF (paysage audiovisuel français): 17,5 millions de téléspectateurs et une part de marché stratosphérique (74%).

Mais en 1995, il écope d'une amende pour "provocation à la haine raciale", pour "casser du noir", une parodie du tube de Patrick Bruel "casser la voix", dans laquelle il imitait Jean-Marie Le Pen.

L'année d'après, il quitte TF1 pour France 2 et y lance plusieurs divertissements populaires, comme "Fiesta", "Le plus grand cabaret du monde" et, en 2006, "Les Années bonheur". Des locomotives d'audience pour le service public, même si leurs performances finissent par s'essouffler. Et il y a deux ans, Patrick Sébastien échoue à se relancer dans les sketchs avec "Le grand burlesque", stoppé au bout d'un numéro.