Plein écran

La grosse colère de Carla Bruni

Carla Bruni s'est dite "dégoûtée" par les propos qui affirment qu'elle utilise son bébé pour la campagne politique de son mari.

Interrogée par le magazine Elle, la première dame de France revient sur les photos volées de la petite Giulia. "Ce jour-là, nous ne pensions pas avoir été suivis, je ne lui ai pas couvert le visage ni la tête, car il faisait chaud. J'allais chez le pédiatre et, en sortant, j'ai aperçu un photographe. J'ai mis la petite dans la voiture et je suis allée le voir. Il m'a affirmé qu'il ne publierait pas les photos, mais il y avait trois autres paparazzis... Qu'y puis-je?", explique la chanteuse.

Mais ce que Carla Bruni ne digère pas du tout, ce sont les propos qui affirment que le visage de la petite a été intentionnellement dévoilé dans le seul et unique but d'attendrir les Français à la veille de l'élection présidentielle. "Dire que j'utilise ma fille pour faire campagne, c'est mal me connaître. C'est ignoble et cynique. Ça me dégoûte", s'insurge-t-elle en affirmant qu'elle refuse de médiatiser la petite Giulia mais également son fils, Aurélien, né de sa relation avec Raphaël Enthoven. "Je trouve ça impudique, inutile et dangereux".