Plein écran
© EPA

La petite phrase assassine d’Harvey Weinstein, six semaines après l’avoir violée

Annabella Sciorra, actrice de la série “Les Soprano”, a raconté ce jeudi devant la justice comment Harvey Weinstein l’a violée dans le courant de l’hiver 1993-1994. 

Annabella Sciorra a expliqué que l’agression avait eu lieu dans son appartement de Gramercy Park. Elle avait dîné avec plusieurs personnes, dont Uma Thurman et Harvey Weinstein, dans un restaurant irlandais. Harvey Weinstein lui a proposé de la raccompagner chez elle. Elle se préparait à aller dormir quand il a frappé à la porte. Il était 22 heures. Elle se souvient que “tout est allé très vite”.

“Harvey Weinstein était là, il a poussé la porte que je venais d’ouvrir. Je n’ai pas eu l’occasion de savoir pourquoi il était là. Il a commencé à déboutonner sa chemise, j’ai réalisé qu’il voulait faire l’amour et que je ne le voulais pas. Ce qu’il voulait était assez évident. J’ai reculé dans la salle de bain. J’avais l’impression de n’avoir aucun pouvoir parce qu’il était très grand.”

“Je disais non, non, mais mon corps ne réagissait plus”

Harvey Weinstein l’a agrippée par les vêtements et l’a poussée sur son lit. “Je le frappais, je lui donnais des coups de pied, j’essayais de l’éloigner de moi. Il est monté sur moi et il m’a violée. J’essayais de le repousser mais je ne pouvais pas parce qu’il tenait mes mains au-dessus de ma tête.” Il lui a ensuite fait un cunnilingus contre sa volonté. “Je n’avais plus de force pour le combattre à ce moment-là. Je disais non, non, mais mon corps ne réagissait plus.”

Harvey Weinstein a fini par éjaculer sur sa jambe et lui a dit: “Le timing est parfait”.

Annabella a poursuivi son témoignage la voix serrée. En parlant lentement, elle a raconté que son corps tremblait “comme lors d’une crise d’épilepsie.” Weinstein a, alors, quitté son appartement. “Je ne sais pas si je me suis évanouie ou endormie. Mais je me suis réveillée sur le sol, dans ma robe de nuit.” Annabella raconte qu’elle a voulu faire ensuite “comme si rien ne s’était passé. Je voulais reprendre ma vie.” 

En pleurant, elle explique pourquoi elle n’a pas appelé la police. “Je ne savais pas si ce qui venait de se passer était un crime. Je pensais que c’était quelqu’un de bien. J’étais confuse. J’aurais voulu ne jamais avoir ouvert ma porte. À cette époque, le viol était quelque chose qui se produisait dans une ruelle et par quelqu’un que vous ne connaissiez pas.”

Plein écran
© EPA

“C’est ce que toutes les gentilles filles Catholiques disent”

Annabella est retombée sur Weinstein six semaines plus tard. Elle lui a reparlé de cette nuit-là. Elle lui a dit qu’elle ne se souvenait pas avec précision de ce qui s’était passé, qu’elle s'était évanouie. “C’est ce que toutes les gentilles filles Catholiques disent”, a répondu Weinstein. “Et puis, il s’est penché vers moi et m’a dit: Ça reste entre toi et moi. C’était très menaçant, ses yeux étaient noirs. J’ai cru qu’il allait me frapper. J’avais peur.”

En larmes, Annabella a expliqué qu’elle avait commencé à boire après le viol. Elle a perdu du poids, a souffert de dépression et se faisait du mal. “J’avais un mur blanc et j’ai commencé à le peindre en rouge sang avec de la peinture à l’huile. Puis, je me coupais et je mettais le sang que j’avais sur les mains sur ce mur. Je voulais que mes amis et ma famille me protègent mais je ne leur ai pas dit ce qui s’était passé.”

En sous-vêtements devant sa porte avec de l’huile pour bébé dans la main

Harvey Weinstein a continué à la hanter. Il continuait à l’appeler, à l’inviter à déjeuner. À Cannes, où ils se trouvaient tous les deux pour la promotion d’un film, elle a trouvé Harvey Weinstein devant la porte de sa chambre d’hôtel, à 5 heures du matin. “Il était en sous-vêtements avec un flacon d’huile pour bébé dans la main. J’ai eu très peur. J’étais en chemise de nuit, j’ai reculé et j’ai appuyé sur tous les boutons de service. Des gens sont arrivés, Weinstein est parti.”

“Vous ne saviez pas que c'était un viol? Vous aviez 33 ans!”

La défense de Weinstein a demandé à Annabella pourquoi elle n’avait jamais demandé au portier pourquoi il avait laissé monter quelqu’un dans son appartement à une heure tardive. “J’étais dévastée. Je n’avais pas compris que c’était un viol.” L’avocat de Weinstein a rétorqué: “Vous aviez 33 ans!”

Damon Cheronis avait déjà contre-attaqué en produisant des extraits d’anciennes conversations de l’actrice, où elle expliquait notamment qu’elle avait fait “un truc dingue” avec le producteur et qu’elle ne “pens(ait) pas qu’il s’agissait d’un viol”. “Elle n’a pas porté plainte pour viol parce que ça n’en était pas un”, a-t-il déclaré.

Harvey Weinstein n’est pas jugé dans cette affaire de viol. Les faits sont trop vieux pour être poursuivis devant la justice. Le témoignage est destiné à renforcer les accusations de “prédation” contre Harvey Weinstein. Ça peut augmenter la durée de sa peine de prison s’il est condamné. La loi new-yorkaise exige que les procureurs prouvent qu’Harvey Weinstein a agressé plus d’une personne pour être défini comme un prédateur.

Plein écran
L’actrice Annabella Sciorra (au centre) à son arrivée au tribunal. © EPA