Plein écran
© photo_news

La thèse du suicide du chanteur de Prodigy remise en question

L'enquête a révélé que Keith Flint, avait des quantités non spécifiées de cocaïne, d'alcool et de codéine dans son corps au moment de sa mort, remettant ainsi en cause la thèse du suicide.

Le chanteur de Prodigy, Keith Flint, avait bu de l'alcool et pris de la drogue peu de temps avant d'être retrouvé pendu à son domicile près de Londres, le 4 mars dernier. Selon plusieurs médias britanniques, une autopsie a révélé que le chanteur de 49 ans était sous l'emprise de la cocaïne, de l'alcool et de la codéine au moment de son décès.

La police avait d'abord affirmé que son décès n'était "pas considéré comme suspect", et qu'il s'était vraisemblablement donné la mort. Mais Caroline Beasley-Murray, médecin légiste pour le comté d'Essex, n'est toutefois pas sûre qu'il s'agisse véritablement d'un suicide. "Ayant pris en compte toutes les circonstances, j'estime qu'il n'y a pas de preuves suffisantes", a-t-elle déclaré. "J'ai envisagé la thèse du suicide mais il faudrait dans ce cas que je produise des conclusions basées sur la probabilité qu'il en ait eu l'intention et qu'il ait délibérément agi en sachant que cela causerait sa mort".

Cette dernière a ajouté qu'il n'y avait pas non plus suffisamment de preuves pouvant attester qu'il s'agissait d'un accident. "Est-ce qu'il faisait l'idiot et la situation a dramatiquement dérapé? Je ne vais pas enregistrer ces conclusions parce qu'il n'y a pas de preuves suffisantes. Je vais enregistrer un verdict ouvert", a-t-elle déclaré avant de conclure: "Nous ne saurons jamais vraiment ce qui se passait dans sa tête ce jour-là".

Mardi, les membres du groupe Prodigy ont publié un message sur Twitter afin de sensibiliser leurs fans au sujet de la santé mentale et les inciter à demander de l'aide afin de ne pas "souffrir en silence".