Plein écran
© photo_news

La tristesse et la nausée de Patrick Bruel

UpdateLe chanteur réagit au dérapage de Jean-Marie Le Pen sur sa page Facebook.

Dans une vidéo diffusée sur le site internet du FN, mais qui n'était plus accessible dimanche, Jean-Marie Le Pen s'est attaqué à plusieurs artistes qui ont pris position contre le FN, comme Madonna, Guy Bedos et Yannick Noah.

Et lorsque son interlocutrice cite aussi le chanteur Patrick Bruel, le président d'honneur du Front national répond "on fera une fournée la prochaine fois", dans un rire satisfait.

Dans un communiqué, SOS Racisme a estimé que les propos de M. Le Pen relèvent "du plus crasse logiciel antisémite" et annoncé le dépôt d'une plainte "dans les jours qui viennent".

Triste pour la mémoire de six millions de gens
Rapidement ce dimanche, Patrick Bruel a réagi à la provocation de Jean-Marie Le Pen, sur Twitter, puis sur Facebook. "Je ne suis même pas triste pour moi", écrit le chanteur de 55 ans. "Les délires et les provocations de cet individu ne m'atteignent plus depuis longtemps. Il ne fait que montrer une fois de plus son vrai visage et celui du FN."

"Non, je suis triste pour la mémoire de plus de six millions de gens. Triste pour une République qui se bat pour imposer ses valeurs depuis la Libération et qui perd ses repères", ajoute Bruel.

"Triste que tant de Français ne veuillent pas se souvenir que le Front National est né d'Ordre Nouveau parti nationaliste d'extrême droite xénophobe, antisémite habituellement classé dans le courant néofasciste."

L'artiste conclut: "Triste enfin que certains ne soient pas tristes ce matin. La nausée..."

Nausée républicaine
Sur Twitter, la ministre des Droits des femmes Najat Valaud-Belkacem a estimé que s'il n'exclut pas Jean-Marie Le Pen pour de tels propos, le FN "restera toujours le parti de la nausée républicaine".

Le Pen poussé vers la retraite
Pour Gilbert Collard, c'est la sortie de trop. Il a suggéré à Jean-Marie Le Pen de se retirer. "Guy Bedos a pris sa retraite (...), le roi d'Espagne a pris sa retraite et Jean-Marie ferait peut-être bien de se poser la question...", a déclaré le député Rassemblement bleu marine du Gard sur BFM TV.

Aucune connotation antisémite
"Le mot fournée que j'ai employé n'a évidemment aucune connotation antisémite, sauf pour des ennemis politiques ou des imbéciles", a finalement réagi Jean-Marie le Pen. "S'il y a des gens de mon camp qui l'interprètent de cette manière, c'est que ce sont des imbéciles! ", a-t-il estimé.

M. Bruel est juif, je ne le savais pas
Sur LCI, le président d'honneur du Front National a feint l'ignorance: "Vous me dites que M. Bruel est juif, je ne le savais pas". Et sur son éventuelle retraite, il rétorque à Gilbert Collard: "Je lui réponds qu'il devrait changer les consonnes de son nom".

Le parti d'extrême droite français, sous la présidence de Marine Le Pen, cherche à se gagner une respectabilité en gommant toute connotation ouvertement raciste ou antisémite. Cette stratégie a contribué à banaliser le vote FN, qui a obtenu 25% des voix aux élections européennes.

Plein écran
© epa