Plein écran
© Photo News

Laurent Ruquier appelle au boycott de Miss France, Sylvie Tellier lui répond

Les Miss n’ont pas apprécié l’appel au boycott de Laurent Ruquier.

Ce samedi 30 décembre sur le plateau d’“On n’est pas couché", Laurent Ruquier s’en est violemment pris au concours Miss France. L’animateur a ainsi appelé les téléspectateurs à boycotter l'élection qu'il trouve “ringarde" et anti-féministe. “Puisqu’il faut arrêter de regarder les femmes comme des objets, cesser de les juger sur leur physique et systématiquement privilégier les plus jolies, je lance un appel : boycottons cette année l’élection de Miss France!”, a-t-il lancé avant d’ajouter: “Il faut être logique, si on veut être féministe, on doit boycotter aujourd’hui le concours”.

Sans surprise, cette sortie n’a pas plu à Sophie Tellier, qui a défendu l'élection sur les ondes d’Europe 1 ce mardi 3 décembre. “Lorsque Laurent Ruquier appelle au boycott de l’élection Miss France sous prétexte qu’elle desservirait l’image de la femme, il me semble qu’il se trompe de combat”, a-t-elle déclaré. 

“La définition du féminisme c’est d’œuvrer pour l’égalité hommes-femmes et pour l’expansion du rôle de la femme dans la société. Alors lorsqu’il appelle à boycotter cette élection au nom du féminisme, j’ai envie de lui dire qu’en faisant cela, il piétine le choix qu’ont fait plus d’un millier de jeunes femmes cette année en se présentant au concours”, a-t-elle poursuivi.

“La liberté de choisir”

Pour Sylvie Tellier, “les femmes doivent pouvoir être libres de leurs choix, de leurs rêves, de leurs engagements”, et donc être “libres de se présenter à l’élection de Miss France”. Un avis largement partagé par Vaimalma Chaves, Miss France 2019: “Participer à Miss France est un choix, c’est l’expression de la liberté de choisir, du droit de s’exprimer de chaque candidate à l’élection. Pourquoi serait-ce contraire au féminisme?”, s’est-elle interrogée sur Twitter.

“Être Miss France, tout comme s’afficher en maillot de bain, est un choix, vous ne pouvez pas vous permettre de décider pour les autres. C’est aussi ça la liberté d’expression: savoir respecter le choix des autres”.

La jeune femme a ensuite défendu le concours, qui est souvent accusé de ne mettre en valeur qu’un seul idéal de beauté. N’oubliez pas que pour être candidate à une élection nationale, il faut d’abord passer par une élection régionale et parfois avant encore locale. C’est le public qui détermine par quelle femme il veut être représenté”, a-t-elle expliqué. En fait, si le public votait pour ces femmes trans, ‘grosses’, handicapées, elles pourraient être là. C’est encore une fois le choix des Français”.

Plein écran
Vaimalama Chaves sur le tapis rouge des NRJ music Awards. © Photo News