Plein écran
Harvey Weinstein © AP

Le changement d'avocats de Weinstein entériné

Un juge de New York a entériné jeudi le changement d'avocats du producteur déchu Harvey Weinstein, qui a ainsi renouvelé sa défense pour la seconde fois à deux mois de son procès pour agressions sexuelles, dont l'ouverture a été confirmée au 9 septembre.

Nous vous en parlions ici, Harvey Weinstein a embauché deux nouveaux avocats, dont une femme. Interrogé par le juge James Burke, Harvey Weinstein, vêtu d'un costume et portant cravate, a confirmé d'un "oui" qu'il souhaitait remplacer Jose Baez par Damon Cheronis et Donna Rotunno, deux avocats de Chicago.

Plusieurs changements de stratégie

Après avoir engagé initialement Benjamin Brafman, ténor du barreau new-yorkais parvenu à faire tomber des pans entiers de l'accusation, Harvey Weinstein lui avait préféré Jose Baez et Ronald Sullivan (qui s'était déjà retiré en mai), avant de procéder à un nouveau changement.

Selon plusieurs médias américains, le co-créateur des studios Miramax et The Weinstein Company aurait plusieurs fois revu sa stratégie de défense et souhaitait cette fois placer une femme à la tête de son équipe, pour faire meilleure impression sur le jury dans un dossier d'agressions sexuelles.

Harvey Weinstein est poursuivi pour deux agressions distinctes sur deux femmes différentes, un viol présumé en 2013 et une fellation forcée en 2006.

Donna Rotunno

"Je pense que ce type d'affaires nécessite d'avoir les bons avocats", a déclaré Donna Rotunno à la sortie du tribunal, situé au sud de Manhattan. "Je pense qu'avoir une femme dans cette situation pourrait faire une différence".

Connue pour avoir défendu plusieurs hommes accusés d'agressions sexuelles, l'ancienne procureure a tout de suite donné le ton en tenant un discours très offensif au soutien de son nouveau client.

Plein écran
Donna Rotunno © Photo News

"Je pense qu'il a été entraîné" dans le tourbillon du mouvement #MeToo, a-t-elle estimé. "Les mouvements permettent aux émotions de prendre le dessus, sans faits ou preuves". "Dans ce dossier, l'agitation a pris le dessus et on a oublié le sens commun", a-t-elle martelé. "Nous espérons qu'avec le procès, la présentation de preuves (disculpant son client) et l'audition de témoins, nous allons entendre l'autre version de l'histoire". Elle a évoqué "de nombreuses conversations et messages électroniques", vraisemblablement entre l'accusé et les victimes présumées, "qui vous amèneront à penser que les faits rapportés jusqu'ici ne sont qu'une partie de l'histoire".

Bill Cosby également défendu par une femme

Gloria Allred, avocate d'une des deux victimes présumées (Mimi Haleyi, qui accuse M. Weinstein de l'avoir agressée en 2006), a rappelé jeudi que Bill Cosby s'était assuré, lui aussi, les services d'une avocate lors de son second procès, mais qu'il avait néanmoins été condamné.