Plein écran
© photo_news

Le coup de gueule de Maurane contre France Gall

Elle lui reproche d'avoir été odieuse avec elle à l'époque de Starmania.

Plein écran
© DR

Entre 1988 et 1989, Maurane a endossé le rôle de Marie-Jeanne, la serveuse automate, dans Starmania. Mais en raison d'un énorme surmenage, elle a été contrainte de l'abandonner.

C'est en tout cas ce qu'elle raconte dans son livre "L'aventure Starmania". "C'était une époque où je faisais trop de choses en même temps" a-t-elle expliqué. "Je venais de signer chez Poly­dor et quand je sortais du théâtre, vers minuit, j'allais en studio jusqu'à 5 heures du matin. Pour Star­ma­nia, on faisait de la promo vers 9 heures. Du coup, je ne dormais plus".

À bout, la chanteuse n'arrive plus à tenir le rythme. "Fina­le­ment, on m'a envoyée chez une psychiatre manda­tée par l'assu­reur qui a pris ma tension. J'avais 7", a-t-elle continué. "Elle m'a dit : "Ce n'est pas dans deux semaines que vous devez arrê­ter, c'est tout de suite. Je pensais aux autres artistes, aux produc­teurs, que je mettais en danger sur les plans artis­tiques et finan­ciers, mais j'allais trop mal".

"C'est quelqu'un que j'ai toujours trouvé étrange"
Maurane décide alors de tout arrêter, pour préserver sa santé. Un choix qui est compris par une grande majorité de ses camarades de Starmania. À commencer par Michel Berger, le compositeur du spectacle. "Il restait doux avec moi, même si je le sentais très triste, il s'est montré compré­hen­sif", s'est-elle souvenue.

Mais il y en a une qui ne voit pas ça du même oeil. France Gall, alors interprète de Cristal, se montre très dure avec elle. "Elle m'a laissé un message affreusement dur", a-t-elle développé. "Elle me disait: "Personne ne te pardon­nera. Ce que tu as fait est très grave".

Un épisode qui a fortement marqué l'interprète de "Tu es mon autre". "Je m'en souvien­drai, de ce coup de télé­phone de France. Ça ne m'empêche pas de l'admi­rer sur le plan artis­tique, mais je n'ai jamais réussi à la cerner sur le plan humain. C'est quelqu'un que j'ai toujours trouvé étrange", a-t-elle conclu.