Plein écran
© REUTERS

Le dernier combat de Robin Williams contre Parkinson

Robin Williams aurait fêté ses 68 ans cet été. Le 11 août 2014, l’acteur s’est donné la mort à l’âge de 63 ans. Un documentaire intitulé “Robin Williams: When the Laughter Stops”, diffusé dimanche soir aux États-Unis, apporte un nouvel éclairage sur sa lutte acharnée contre la dépression et la maladie de Parkinson.

Si Robin Williams était connu pour ses talents de comique, tout n’était pas rose pour lui en coulisses. Dans les derniers mois de sa vie, l’acteur a en effet lutté contre une terrible dépression et a affronté les conséquences de la maladie de Parkinson. Une dure réalité que ses fans ignoraient. 

Robin Williams avait été admis dans une clinique quelques mois avant sa mort, pour se reposer et traiter son mal-être. “Sa dépression l’inquiétait vraiment. S’il n’avait aucun problème à parler publiquement de sa dépendance à l’alcool et aux drogues, il a gardé pour lui son combat plus long et plus douloureux contre la maladie de Parkinson", a expliqué le journaliste Dylan Howard dans le documentaire “Robin Williams: When the Laughter Stops”.

Quelques mois avant sa mort, l’acteur avait en effet appris qu'il souffrait de la maladie de Parkinson. L’autopsie a par la suite révélé qu’il était également atteint de démence. Selon son épouse Susan Schneider, les conséquences de la maladie l’ont en partie poussé à mettre fin à ses jours. Elle a ainsi expliqué que son mari avait essayé plusieurs méthodes pour se débarrasser des symptômes comme la paranoïa et les hallucinations, sans succès.

“Robin n’arrêtait pas de répéter qu’il voulait juste redémarrer son cerveau”, a confié Susan. “Il devenait fou, et il le savait. Pouvez-vous imaginer la douleur qu’il a dû ressentir quand il a senti qu’il commençait à se perdre? Il ne savait même pas ce qui provoquait ça. Il ne comprenait pas  d'où ça venait, et personne ne pouvait l’aider”.