Plein écran
© photo_news

Le père de Yann Moix revient sur les accusations de maltraitance: “J’ai probablement mal agi”

Dans son dernier bouquin “Orléans”, Yann Moix raconte avoir été maltraité par son père durant de nombreuses années. Après avoir déclaré n’avoir “jamais battu” son fils, le père de l'écrivain s’est une nouvelle fois exprimé dans une lettre transmise à L’Obs. Il avoue avoir “probablement mal agi”, mais explique son comportement en peignant le portrait d’un Yann Moix lui aussi violent. 

Nous vous en parlions sur 7sur7: dans son dernier livre, “Orléans”, paru ce mercredi 21 août, Yann Moix évoque les mauvais traitements dont il aurait été victime durant son enfance. L’auteur accuse notamment son père, José Moix, de l’avoir battu à de multiples reprises. Après avoir nié une première fois cette version des faits dans une interview pour La République du Centre, ce dernier s’est une nouvelle fois exprimé sur ces accusations dans une lettre transmise à L’Obs.

L’ancien kinésithérapeute de 75 ans reconnaît avoir “probablement mal agi” mais affirme que “les sanctions n’arrivaient pas sans raison”. Selon lui, l’écrivain n’a “jamais accepté la naissance de son petit frère Alexandre, de quatre ans son cadet”. “Lui qui avait été un enfant si doux jusque-là, il est devenu un enfant terrible”, a-t-il écrit avant d’ajouter que lui et son épouse avaient “de grosses difficultés à canaliser sa violence”. “Il a toujours voulu ‘éliminer’ Alexandre, et quelques fois de manière physique”. 

Il explique avoir ainsi réagi de manière excessive face au comportement de son fils qui “mettait parfois en danger la vie de son petit frère”. “Lorsque vous avez un enfant de six ans qui veut défenestrer du premier étage son petit frère et qu’on le rattrape in extremis, comment réagir?”, s’interroge-t-il. 

José Moix poursuit en expliquant avoir lui-même été “martyrisé” lorsqu’il était enfant. “Je me suis construit tant bien que mal, j’ai éduqué mes enfants comme j’ai pu et certainement de manière trop sévère, mais très loin des sévices décrits”.