Plein écran
© Capture d'écran YouTube

Le sketch trop hot de Rémi Gaillard ne fait pas rire tout le monde

VideoRémi Gaillard a publié une vidéo polémique. L'humoriste se met en scène mimant des actes sexuels sur des femmes pratiquant des gestes de tous les jours: l'une fait ses courses, l'autre renoue son lacet, une troisième lit un livre. A chaque fois, Rémi Gaillard se place de façon à ce qu'on puisse croire qu'il couche avec ces femmes, qui n'en demandaient pas tant. La vidéo, baptisée "Free Sex", a été postée vendredi et comptabilise déjà 2,5 millions de vues.

Les internautes se sont manifestés en masse, résultat, la vidéo est "soumise à une limite d'âge sur YouTube", indique l'humoriste. Il explique qu'il voulait la mettre sur YouPorn mais qu'elle n'était pas assez trash. "Je cherche une plateforme pour poster cette vidéo, sans que les prudes et les cons n'aient le droit de nous emmerder", écrit-il, énervé.

Certains accusent Gaillard de "rabaisser les femmes à un rôle sexuel". "C'est du viol moral", écrit Yoann H. sous le clip. Une autre ajoute: "95% de ceux qui trouvent ça trop drôle sont des hommes (normal, ce n'est pas leur genre qui est dépeint de manière avilissante, ils n'ont jamais subi de harcèlement sexuel et ne peuvent pas comprendre l'image humiliante que ce genre de vidéos renvoie aux femmes, consciemment ou inconsciemment)".

Une blogueuse écrit: "Je n'ai même pas pu aller jusqu'au bout tellement j'ai été submergée de malaise et j'ai physiquement eu envie de vomiir. Je me suis imaginée refaire mon lacet dans la rue et me rendre compte que depuis 20 secondes, un mec simulerait un coït sur moi par trompe l'oeil pour une caméra. Je me suis mise à la place de ces femmes qui se retournent sur ce type dégueulasse, sidérées, je me suis dit qu'à leur place je me serais sentie si sale."

La vidéo et les réactions qu'elle provoque nous rappelle la mauvaise blague de l'animateur de NRJ Guillaume Pley qui forçait des femmes à l'embrasser.

Plein écran
© Capture d'écran YouTube
Plein écran
© Capture d'écran YouTube