Plein écran
© Photo News

Léa Seydoux critique le mouvement #MeToo: “Il y a beaucoup d'hypocrisie”

Si elle avait accusé Harvey Weinstein de comportement inapproprié dans une longue tribune publiée en 2017 dans le Guardian, Léa Seydoux a pris un peu de recul sur le mouvement #MeToo, comme elle l’a expliqué dans une interview pour le magazine Harper’s Bazaar. 

À l’époque, alors que les accusations à l’encontre d’Harvey Weinstein se multipliaient dans le milieu du cinéma, Léa Seydoux avait elle aussi raconté ses échanges avec le magnat hollywoodien. Elle avait ainsi révélé qu'il lui avait sauté dessus dans une chambre d’hôtel et qu’il avait tenté de l’embrasser contre son gré. Mais près de trois ans plus tard, l’actrice française porte un regard nouveau sur le mouvement #MeToo: “Il y a beaucoup d’hypocrisie. Parce que les gens savaient. Et ils prennent avantage de la situation en disant ‘Oui, j’ai été une victime’ et ils deviennent des héros. Mais enfin! Pour moi, un héros, ça pardonne. On a tous besoin de pardon, non?”, a-t-elle lancé, avant de préciser que sa tribune ne relevait pas de la “victimisation”. 

 “Ce que je voulais dire, c’est que je ne me victimisais pas, que j’étais consciente de ce qui se passait... Je ne suis pas naïve, c’est tout”, a-t-elle ajouté.

“Nous devons nous soutenir mutuellement”

“C’est génial que les femmes prennent la parole. C’est vrai que dans de nombreux pays, la condition des femmes est terrible. Et je peux comprendre que cela a été difficile pour les générations précédentes. Mais moi, je ne me suis jamais sentie inférieure à un homme. Je n’ai jamais pensé que je ne pouvais pas faire quelque chose parce que j’étais une femme. Mais je sais que j’ai de la chance, parce que je vis dans un pays où je suis libre et je sais que ça peut être dur ailleurs”.

Selon la comédienne, le mouvement aurait même “effrayé les hommes”. “C’est bien d’être féministe, mais nous devons aussi être ‘masculinistes’. Et vice versa. Les hommes doivent être féministes. Nous devons nous soutenir mutuellement”, a-t-elle conclu.