Le chirurgien refuse les interventions tant que le coronavirus sévit, quelle que soit l'enveloppe déposée sur la table
Plein écran
Le chirurgien refuse les interventions tant que le coronavirus sévit, quelle que soit l'enveloppe déposée sur la table © Instagram/TerryDubrow

Les stars surfent sur le coronavirus pour cacher leurs opérations de chirurgie esthétique

Le célèbre chirurgien plastique Terry Dubrow affirme que son téléphone n’arrête pas de sonner depuis que la crise du coronavirus a commencé à poindre aux États-Unis. Non pas parce que les stars et autres riches clients qui font appel à ses services s’inquiètent pour leur santé, mais parce qu’ils veulent profiter du lockdown pour se faire opérer et récupérer incognito chez eux. 

Ce n’est pas un secret: les stars hollywoodiennes n’aiment pas reconnaître avoir eu recours à la chirurgie esthétique. Pourtant, le Dr Terry Dubrow, désormais connu pour l’émission de téléréalité “Botched” tournée dans sa clinique privée californienne, n’en croit pas ses oreilles. Dans un entretien avec TMZ, il confie être sous le choc de constater que tant de célébrités entendent profiter du confinement pour planifier in extremis une intervention, voire plus, de chirurgie plastique. Le but? Se remettre et cicatriser en toute discrétion tandis que tout le monde croira qu’elles ne se montrent plus pour se prémunir des infections au Covid-19. 

“Le risque de complication existe, et les hôpitaux auront mieux à faire”

“Ils sont tous sans travail à la maison pour l’instant et ils veulent en profiter aussi pour faire peau nette et, au moment où l’industrie cinématographique reprendra ses droits, avoir la meilleure apparence possible pour les caméras et les projecteurs”, soupire-t-il. Il précise cependant: “Je refuse quasiment la totalité de leurs demandes actuellement. De telles opérations peuvent toujours engendrer des complications et les hôpitaux n’auront pas la capacité de résoudre cela prochainement”.

Pour l’instant, la plupart des cliniques privées d’Hollywood et Beverly Hills ont été obligées de garder portes closes car le personnel de santé ne doit courir aucun risque inutile d’infection. Mais à Orange County, où se trouve la clinique du Dr Dubrow, les fermetures n'ont pas encore été imposées. “Tous les yeux sont désormais rivés sur nous, mais nous ne voulons pas nous lançons là-dedans”, balaie le chirurgien qui a par ailleurs pour habitude de refuser les interventions excessives demandées par certains clients. 

“Pour eux, ce coronavirus, ce sont des vacances inespérées pour se faire opérer”

“Les célébrités montrent qu’elles se sont mises spontanément en quarantaine”, ironise-t-il. “Mais ce n’est pas pour se protéger du virus. Elles veulent sauter sur l’occasion pour s’embellir”. S’il comprend ce souhait, il veut que les patients soient conscients des dangers actuels. “Pour moi, le botox ou les fillers, pas de problème. Mais vous faire volontairement inciser le corps, ça je le déconseille à chacun pour l’instant. Et c’est pour cela que je refuse sciemment les rendez-vous”. 

Des noms parmi ceux qui l'ont sollicité? Pas question. “Mais disons qu’il s’agit de personnes qui remplissent les premières pages des rubriques people tous les jours. Pour eux, le coronavirus et leur ‘perte d’emploi’ actuels ne sont que des vacances de Noël ou d’été inespérées. Ces deux périodes étant d’ailleurs extrêmement chargées pour mes collègues et moi d’habitude”. 

Gare aux chirurgiens peu scrupuleux

Certaines stars lui auraient même proposé de gonfler ses honoraires pour ne pas effacer de refus, mais la réponse reste non. “Je ne ferai pas d’exception, à part quelques piqûres sans danger et seulement auprès de patients dont je sais qu’ils sont en pleine santé d’habitude, n’ont pas de fièvre actuellement et n'ont pas côtoyé de personnes contaminées. Et pas question non plus de les traiter chez eux à la place de la clinique”. 

Il conseille au passage à tout candidat à la chirurgie esthétique de passer son tour quelque temps et de ne surtout pas se tourner vers des praticiens moins scrupuleux qui se feraient fi des règles de sécurité de rigueur. “N’allez pas vous faire opérer non plus dans les États où c’est encore autorisé. Chaque opération est un risque et il n'y a pas de lits disponibles pour des célébrités qui auraient des complications non plus”. 

6.300 cas recensés

Le nombre de personnes atteintes aurait quadrulé en trois jours seulement aux États-Unis, portant à 6.300 le nombre de contaminations. Ce sont évidemment les États de New York, la Californie et Washington qui sont les plus touchés. Le nombre de morts est officiellement de 100 patients actuellement. Même Donald Trump, qui avait commencé par se moquer ouvertement de l’épidémie, ne plaisante plus du tout avec la pandémie désormais et a demandé l’état d’urgence. La frontière avec le Canada, qui compte 598 contaminations, a été fermée.