Plein écran
© Universal

Nous avons écouté le nouvel album de Stromae

C'est probablement l'album le plus attendu de l'année. Après avoir rempli l'Ancienne Belgique en 54 minutes et avoir annoncé un concert à Forest National le 4 avril prochain, Stromae signera son retour dans les bacs le 19 août. Et parce qu'on est des petits chanceux, on a pu jeter une oreille sur la galette au nom symbolique, "√", il y a quelques jours.

C'est sûr, les fans du garçon ne seront pas déçus. À nouveau, Stromae mélange avec brio mélodies électro enflammées et paroles percutantes. En plus de manier le clavier avec talent, il joue avec les mots comme un pro. On a aimé "Tous les mêmes", dont la leçon était sortie le jour de la Saint-Valentin, qui traite des relations amoureuses toujours si compliquées à cause... des règles féminines.

On ne vous fera pas l'affront de vous parler des tubes "Papaoutai" et "Formidable", vous les connaissez déjà. Mais qu'en est-il des autres? Stromae nous donne sa vision de l'amour, rend hommage à Césaria Evora et évoque le sida et le cancer.

Derrière le titre absurde "Moules Frites" en effet, Strome parle du sida. Parce que "Polo aime les moules frites sans frites et sans mayo, mais il aurait dû s'en méfier, Polo, car on ne sait où elle s'est baignée plus tôt. Comme elle était contaminée, Polo ne chantera plus ou peut-être une fois enterré." En espérant que le message fasse mouche dans les oreilles des jeunes.

Le morceau "Carmen" s'inspire directement de "L'amour est un oiseau rebelle" tiré de l'opéra Carmen de Georges Bizet. Stromae nous offre une version ultra moderne parlant des reseaux sociaux. "L'amour est comme l'oiseau de Twitter. On est bleu de lui, seulement pour 48 heures. D'abord on s'affilie, ensuite on se follow, on en devient fêlé et on fini solo. Prends garde à toi et à tous ceux qui vous like, les sourires en plastique sont souvent des coups d'htag."

Parlons encore d'"Humain à l'eau", une grosse techno à écouter sous acide qui avait fait l'objet d'une leçon avant la fin du monde fin 2012, ou de "Quand c'est" troublante chanson au sujet du cancer. On ne comprend pas le thème tout de suite, tout entraîné qu'on est par la musique, mais tout à coup le couperet tombe: "Qui est le prochain?"

Comme l'album précédent, l'ensemble est une petite bombe, à écouter au premier degré, pour danser jusqu'au bout de la nuit, ou au second, en creusant les thèmes explorés. Stromae assure. Vous en aurez la confirmation le 19.