Plein écran
Sandrine Bonnaire, présidente du jury au 30ème Festival du Film de Dinard, le 26 septembre 2019. © Jéremy Melloul / Bestimage © Photo News

Sandrine Bonnaire révèle avoir été violentée par son compagnon

Victime de ce qu’elle avait pudiquement qualifié d’agression en 2000, Sandrine Bonnaire en dit davantage sur l’origine des coups qui lui ont valu une opération et de la rééducation en plus d’un sérieux traumatisme. L’actrice française révèle dans un livre avoir en réalité été victime de violences conjugales.

Dans le livre “À l’amour, à la vie” (éditions Flammarion), Sandrine Bonnaire lève le voile sur les violences dont elle a été victime au sein de son couple il y a 19 ans. Elle qui avait affirmé avoir subi les coups d’agresseurs anonymes à Paris explique aujourd’hui, dans un livre écrit par l’ancienne présentatrice télévisée Catherine Ceylac, avoir appris plus tard qu’il s’agissait de son partenaire de l’époque.

Les faits remontent à l’an 2000. Sandrine Bonnaire est dans une relation qui s’étiole: “Nous savions que c’était la fin, il s’est installé chez moi, je lui ai demandé de partir (...) J’ai tout fait pour qu’il s’en aille confortablement, je me suis portée garante pour son appartement”. Mais l’homme ne supporte pas la rupture. Un jour, le conflit va trop loin: “Il m’a strangulée, je suis tombée dans les pommes et je me suis réveillée avec une triple fracture de la mâchoire et huit dents cassées (...) Je n’ai pas porté plainte tout de suite car sur le coup, il m’a dit que j’étais tombée”. 

Malgré ses doutes et car elle n’a pas envie de croire qu’il l’a battue, elle choisit de lui laisser le bénéfice du doute. Elle dit avoir été agressée en rue. “Je n’ai pas osé dire que c’était un homme que je connaissais”, reconnaît-elle. Puis, l’année suivante, lors d'un tournage, Jacques Dutronc lui conseille un chirurgien pour réparer les séquelles dont elle souffre à la mâchoire. À la lumière des dégâts qu'il constate, le spécialiste lui ouvre les yeux: “Il m’a certifié que j’avais été frappée et que je n’étais pas tombée. Tout s’est éclairé et j’ai porté plainte”, relate l’actrice. Outre la chirurgie, Sandrine Bonnaire aura eu besoin de plusieurs années de thérapie pour surmonter ce qu’elle a subi et oser s’ouvrir sur le sujet. L’agresseur a lui été condamné.