George-Alain Jones
Plein écran
George-Alain Jones © Capture d'écran TF1

Un candidat emblématique de la Star Academy dénonce: “Tout était truqué”

Mise à jour18 ans après l’émission qui l’a fait connaître du grand public, George-Alain Jones dévoile les manœuvres des producteurs et assure que tout était écrit.

Nous étions en 2002. Nolwenn Leroy allait remporter la victoire et pour la gagner, la chanteuse avait concouru aux côtés d’Emma Daumas, Jeremy Chatelain, Anne-Laure et George-Alain Jones. Ce dernier candidat avait été présenté comme le bad boy de la bande et était arrivé jusqu’en demi-finale. 

Loin de la chanson, George-Alain Jones est aujourd’hui commentateur sportif pour le groupe Canal+. Il est spécialisé dans le football turc. “Au début, le foot turc, ce n’était pas évident avec la prononciation des noms, mais aujourd’hui, je maîtrise bien l’exercice”, explique-t-il. “Cela reste du football. Et je commente aux côtés de deux ex-pro du PSG, Eric Rabesandratana et Kaba Diawara, deux types humainement formidables. Nos matchs sont diffusés en Afrique. Je ne me sens pas illégitime. Le foot, je l’ai pratiqué en U17 à Monaco et j’aurais pu devenir professionnel. Mais j’ai préféré partir faire le tour du monde avec un sac à dos”.

L’ancien cuisinier garde un goût amer de ces semaines passées dans le château de Dammarie-les-Lys. À 44 ans, il a décidé de tout raconter: “Maintenant, je peux l’avouer, tout était truqué. J’avais découvert que c’était moi et Emma Daumas qui devions aller en finale. C’était décidé avant l’émission. J’ai pété les plombs et les producteurs ont organisé mon élimination en demi-finale, car je les menaçais de tout balancer. Mon problème, c’est que j’étais plus vieux que les autres candidats et que j’avais compris les rouages”. C’est donc Houssine et Nolwenn Leroy qui se sont retrouvés en finale et la chanteuse a pu mener une carrière dans la musique. 

S’il s’est reconverti dans le sport, George-Alain Jones n’a pas totalement mis de côté la musique. Il sortira bientôt un album. “Un mélange de jazz, blues et groove”, dit-il. L’album sera disponible en accès libre. “Je n’aime pas le côté business de la musique”, confie-t-il. 

Critiques des autres candidats

Après ces déclarations, des anciens candidats ont pris la défense de l’émission et ont critiqué les propos de George-Alain Jones. Certains crient au “besoin de notoriété”. Une idée démentie par le journaliste du Parisien qui l’a intérrogé: “À ceux qui disent qu’il était ‘en mal de pub’: c’est moi qui le contactais depuis des semaines pour ce papier”.