Plein écran
© ap

Une Américaine condamnée à la perpétuité libérée grâce à l'intervention des stars

Cyntoia Brown sera libérée le 7 août prochain. Elle avait été condamnée à la perpétuité après avoir tué un homme qui avait payé pour avoir une relation sexuelle avec elle alors qu'elle avait 16 ans.

Condamnée à la prison à perpétuité, Cyntoia Brown a vu sa peine commuée ce lundi 7 janvier après l'intervention de plusieurs stars dont Rihanna, Kim Kardashian, l'humoriste Amy Schumer ou encore l'actrice Ashley Judd.

En 2004, alors âgée de 16 ans, cette Américaine tombe entre les mains d'un trafiquant sexuel, "Kutthroat" ("Coupe-gorge"), qui la force à se prostituer. Le 5 août de la même année, un homme de 43 ans du nom de Johnny Mitchell Allen l'emmène de force chez lui pour exiger d'elle des rapports sexuels. En panique, et après avoir découvert que cet homme possédait plusieurs armes, Cyntoia parvient à se libérer en le tuant d'une balle dans la tête. 

Rapidement, la jeune fille avoue être coupable de ce meurtre et est condamnée en 2006 à la prison à perpétuité.

Mobilisation des stars
Suite à la diffusion d'un documentaire relatant son histoire en 2017, de nombreuses stars se sont mobilisées pour réclamer sa libération sous le hashtag #FreeCyntoiaBrown. Rihanna avait ainsi fustigé "un système qui laisse la voie libre aux violeurs mais jette la victime en prison à vie". 

"Le système ne fonctionne pas. Cela me brise le cœur de voir une jeune fille devoir se prostituer puis de la voir enfermer après avoir eu le courage de se défendre! [...] J'ai contacté mes avocats hier pour voir ce que nous pouvons faire pour régler cette situation", avait également écrit Kim Kardashian sur Twitter en novembre 2017. 

Une peine "trop sévère"
Après avoir passé la moitié de sa vie en prison, Cyntoia Brown sera donc remise en liberté le 7 août prochain. Elle restera en liberté conditionnelle jusqu'en 2029. 

"Elle a commis, de son propre aveu, un crime horrible. Mais imposer une peine de perpétuité à un mineur - ce qui empêche de demander une libération avant 51 ans - est trop sévère", a déclaré le gouverneur républicain du Tennessee Bill Haslam, en soulignant que la jeune femme avait "pris des mesures extraordinaires pour reconstruire sa vie". 

Dans un communiqué, la jeune femme a remercié tous ceux qui se sont battus pour sa libération et a promis de "tout faire pour justifier la confiance placée en [elle]" et "d'aider d'autres filles à ne pas se retrouver dans la même situation [qu'elle]".