Plein écran
© ap

Valérie Trierweiler aurait "piqué une véritable crise de nerfs"

Plusieurs médias français font état ce mercredi des circonstances qui ont conduit à l'hospitalisation de Valérie Trierweiler et comment cette dernière a appris la relation présumée de son compagnon avec l'actrice Julie Gayet.

Selon Le Parisien, François Hollande aurait lui-même annoncé jeudi soir à Valérie Trierweiler que Closer s'apprétait à révéler ses infidélités. Hospitalisée officiellement depuis vendredi "à titre préventif", la compagne du président français aurait en fait "piqué une véritable crise de nerfs", affirme l'un de ses proches au journal satirique Le Canard Enchaîné.  

A Pierre-René Lamas, secrétaire général de l'Elysée, elle aurait confié: "J'ai été humiliée devant la France entière", avant de retourner dans son bureau et piquer la crise de nerfs amenant le médecin de l'Elysée à intervenir en urgence et décider ensuite de son hospitalisation à la Pitié-Salpetrière (et non au Val-de-Grâce, comme annoncé précédemment).

Restée secrète pendant trois jours - jusqu'à ce qu'un journaliste
du Parisien ne dévoile l'information - sa "cure de repos" devrait durer une dizaine de jours. Probablement par souci de discrétion, François Hollande ne serait pas venu la voir pendant ces trois premiers jours. On ignore s'il l'a fait depuis.

"Les murs ont tremblé"
Closer - faut-il le rappeler- à l'origine des révélations, évoque lui aussi comment Valérie Trierweiler a appris la nouvelle. "Une dispute énorme a éclaté à Élysée. Les murs ont tremblé. Ca a été un choc très violent pour elle. [...] Dans des moments de faiblesse, elle peut devenir ingérable", rapporte au magazine people la journaliste Nadia Le Brun, auteur d'une biographie non autorisée sur la Première dame.

Selon des sources proches de Valérie Trierweiler, elle serait "prête à pardonner", pouvait-on lire dans Le Parisien lundi. Nadia Le Brun avance un tout autre pronostic: "C'est une femme amoureuse et elle sent qu'elle perd l'homme qu'elle aime. Elle souffre énormément". Au Figaro, la journaliste prédit ainsi: "Dès qu'elle ira mieux, elle lui rendra coup pour coup. Valérie Trierweiler est une femme ultrasensible et émotive. Dotée de peu de recul sur les choses, elle peut aussi entrer dans des colères folles".