Plein écran
© thinkstock

Arrêtez de râler: l'été n’est pas annulé

BlogNotre journaliste Déborah Laurent est installée en Californie une grande partie de l’année. L’occasion pour 7sur7 de vous fournir l’information la plus rapide et la plus complète possible (merci le décalage horaire!). Et l’occasion pour elle de constater les différences culturelles impressionnantes avec notre plat pays et d’apprendre à vivre en famille loin de tous. Elle en parle sur son blog personnel Sea You Son (et sur Instagram iciFacebook ici et YouTube ici). Nous vous proposerons chaque mardi l’un de ses articles de blog ici.

Les avions sont toujours cloués au sol, les faillites sont annoncées, les frontières restent fermées, les camps d’été sont compromis. Nos plans estivaux sont annulés ou repoussés. Il faut se rendre à l’évidence: l’été à venir ne ressemblera à aucun autre. Certains diront qu’en temps de pandémie, “il y a quand même plus important que nos vacances”. Mais nous évoluons dans une société qui nous a appris à travailler durement toute l’année pour avoir le droit de relâcher la pression quelques semaines par an. Quand on capitalise tout là-dessus, que c’est la carotte, l’objectif qui nous permet de tenir le rythme annuel infernal, la situation actuelle a de quoi être déprimante.

Alors non, cette année, vous ne connaîtrez pas le frisson de la découverte musicale sur la plaine asséchée de Werchter. Vous ne lèverez pas les bras en l’air en hurlant un refrain qui sonne tellement juste et qui vous fait tellement de bien. Il n’y aura pas de bousculade dans le parterre de fans ni de bières fraîches qu’on boit comme de l’eau, pour apaiser la gorge sèche d’avoir trop chanté. 

Vous n’attendrez pas votre valise sur le tapis roulant de l’aéroport où vous viendrez d’atterrir, les yeux rivés sur le défilé des bagages, comme pour les faire tourner plus vite, impatient d’enfiler votre maillot et de plonger dans la piscine. Votre enfant, en attente de son premier camp scout, ne connaîtra peut-être pas cette année les gloussements nocturnes sous la tente et les veillées au coin du feu.

 Les terrasses de café n’accueilleront pas les fans de foot pour les matchs de l’Euro. On ne se tombera pas dans les bras lorsque Kevin De Bruyne et Eden Hazard enchaîneront les buts, on ne criera pas notre déception d’une même voix grave lorsque Thibaut Courtois en prendra un.

L’été tel qu’on l’imaginait, tel qu’il était prévu, n’aura pas lieu. Mais l’été tout court n’est pas annulé. Parce que l’été est un état d’esprit, une façon de voir la vie.

La sensation du soleil sur votre peau nue n’est pas annulée. Les glaces qui rafraîchissent et qui font coller les doigts des enfants ne sont pas annulées. Les soirées cinéma qu’on improvise dans le jardin, l’odeur du gazon fraîchement coupé et les apéros qui s’éternisent ne sont pas annulés. Cet été, c’est promis, il y a aura... Lisez la suite sur le blog ici.

  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.