Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Bientôt un nouveau vaccin pour stopper l'allergie aux chats?

Vous adorez les chats, mais vous y êtes allergique? Votre calvaire pourrait bientôt prendre fin. Des chercheurs travaillent en effet à l’élaboration d'un vaccin contre cette allergie. Bonne nouvelle pour ceux qui ont peur des aiguilles: l’injection se fait chez le chat, et non pas chez nous. 

Selon une récente étude publiée dans le “Journal of Allergy and Clinical Immunology”, des scientifiques de Zurich, en Suisse, ont mis au point un vaccin pour chat qui permettrait aux humains de ne pas développer d’allergie en leur présence. Baptisé “Hypocat”, celui-ci neutralise la protéine Fel-d1 présente dans le pelage du chat et qui est à l’origine des réactions allergiques chez les humains. 

Selon les scientifiques, les 54 chats qui ont reçu ce vaccin au cours de l’étude ont tous produit les anticorps nécessaires à la destruction de la protéine Fel-d1. Une bonne nouvelle non seulement pour les humains, mais également pour les chats. Nombreux d’entre eux sont en effet abandonnés en raison des allergies de leur maître. 

“Les humains et les animaux pourraient bénéficier de ce traitement. Les propriétaires de chats allergiques réduiraient leur risque de développer des maladies chroniques, comme l’asthme. Et leurs chats pourraient rester dans leur foyer et ne pas se retrouver dans des refuges pour animaux”, ont déclaré les chercheurs. 

Le vaccin pourrait être disponible dans les trois prochaines années. 

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.
  3. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.