Plein écran
© Getty Images/iStockphoto

Bientôt un nouveau vaccin pour stopper l'allergie aux chats?

Vous adorez les chats, mais vous y êtes allergique? Votre calvaire pourrait bientôt prendre fin. Des chercheurs travaillent en effet à l’élaboration d'un vaccin contre cette allergie. Bonne nouvelle pour ceux qui ont peur des aiguilles: l’injection se fait chez le chat, et non pas chez nous. 

Selon une récente étude publiée dans le “Journal of Allergy and Clinical Immunology”, des scientifiques de Zurich, en Suisse, ont mis au point un vaccin pour chat qui permettrait aux humains de ne pas développer d’allergie en leur présence. Baptisé “Hypocat”, celui-ci neutralise la protéine Fel-d1 présente dans le pelage du chat et qui est à l’origine des réactions allergiques chez les humains. 

Selon les scientifiques, les 54 chats qui ont reçu ce vaccin au cours de l’étude ont tous produit les anticorps nécessaires à la destruction de la protéine Fel-d1. Une bonne nouvelle non seulement pour les humains, mais également pour les chats. Nombreux d’entre eux sont en effet abandonnés en raison des allergies de leur maître. 

“Les humains et les animaux pourraient bénéficier de ce traitement. Les propriétaires de chats allergiques réduiraient leur risque de développer des maladies chroniques, comme l’asthme. Et leurs chats pourraient rester dans leur foyer et ne pas se retrouver dans des refuges pour animaux”, ont déclaré les chercheurs. 

Le vaccin pourrait être disponible dans les trois prochaines années. 

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.