Capture d'écran YouTube
Plein écran
© Capture d'écran YouTube

"C'est horrible ce que j'ai fait mais ce n'était pas mon tour"

Titiou Lecoq, journaliste, féministe et auteur de "Libérées! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale", raconte dans une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de L'Obs son combat pour la parité au sein du couple. La vidéo date du mois de mars mais a été épinglée par la chaîne J'suis pas content TV il y a quelques heures. Le YouTubeur l'accuse de maltraitance infantile. Résultat: Titiou se prend une volée de bois sur Twitter. Reprenons depuis le début.

  1. 1 Belge sur 3 risque de souffrir du zona un jour: comment se protéger du virus?

    1 Belge sur 3 risque de souffrir du zona un jour: comment se protéger du virus?

    Une enquête commanditée par GSK auprès de 600 personnes montre que les Belges ont une connaissance limitée du zona et sous-estiment l’impact de cette maladie. Une campagne d’information est lancée aujourd’hui pour sensibiliser les personnes âgées de plus de 50 ans afin de mieux les protéger. Car dans ce groupe de la population, qui présente un système immunitaire affaibli, le risque de développer un zona est plus élevé.
  1. Pourquoi sommes-nous si fatigués alors que la vie sociale est à l’arrêt?
    Interview

    Pourquoi som­mes-nous si fatigués alors que la vie sociale est à l’arrêt?

    Le trajet entre notre lit et notre chaise de bureau n’a jamais été aussi court que depuis le premier confinement. Les déplacements, mais aussi les réunions avec nos proches, les sorties au cinéma ou au restaurant ont disparu, laissant place à une nouvelle vie à domicile. Un repos forcé... Et pourtant, nous n’avons jamais été si épuisés, comme le montrent plusieurs études. Depuis le deuxième confinement, un Belge sur trois souffre de problèmes d’insomnie. C’est ce qu’il ressort d'une étude menée par des chercheurs de la VUB et du CHU Brugmann sur la qualité de notre sommeil. Comment expliquer cette fatigue? Roland Pec, psychologue-somnologue, nous éclaire.
  2. Choisir entre du pain et des serviettes hygiéniques: comment réagiriez-vous face à la précarité menstruelle?

    Choisir entre du pain et des serviettes hygiéni­ques: comment réagiriez-vous face à la précarité menstruel­le?

    Le prix des protections hygiéniques peut représenter un obstacle pour les femmes les plus précarisées. On parle même de “précarité menstruelle” lorsque les serviettes, tampons et autres représentent des produits “de luxe”. Le collectif belge “Would You React?” s’est intéressé au phénomène dans une expérience sociale tournée en caméra cachée dans 15 grandes surfaces de la capitale. Indisposées, les fausses étudiantes n’avaient pas les moyens de payer leurs serviettes... Comment ont réagi les caissiers et caissières?