Plein écran
© thinkstock

Ce qui pousse certaines femmes à subir une labiaplastie

De plus en plus de femmes passent par le bloc opératoire pour subir une labiaplastie; une décision qui n'a, selon les médecins, bien souvent rien à voir avec une absolue nécessité physique.

En juillet dernier, nous vous parlions déjà de la labiaplastie, cette intervention de chirurgie plastique sur les grandes et/ou petites lèvres que de nombreuses jeunes femmes subissent à l'heure actuelle non pas pour une raison médicale, mais bien à cause de l'apparence de leur vulve, qu'elles estiment dégoûtante.

À cause des réseaux sociaux et de la pornographie qui véhiculent une image irréaliste des femmes, les jeunes filles et adolescentes auraient effectivement l'impression d'avoir un problème au niveau de la vulve, alors qu'il n'en est rien: "Je vois des jeunes filles d'environ 11, 12, 13 ans qui pensent qu'il y a quelque chose qui ne va pas avec leur vulve - que leurs lèvres ont une mauvaise forme, une mauvaise taille, et qui expriment vraiment presque du dégoût", avait ainsi expliqué Paquita de Zulueta, médecin généraliste.

Et malheureusement, cette triste tendance qui pousse les jeunes femmes à altérer leurs corps serait également motivée par... le yoga et les leggings.

En effet, selon le Dr. Paul Banwell, qui s'est exprimé durant la conférence de l'Association britannique de chirurgie esthétique et plastique à Londres, c'est bel et bien l'amour du yoga et de la méthode Pilates qui a augmenté le nombre de labiaplasties réalisées.

"Il y a quelques années, tout le monde parlait du soi-disant impact de l'industrie du porno [...] mais même si le porno a une influence, je crois que cette influence est très faible", a ainsi déclaré le Dr. Banwell dans des propos rapportés par Metro.co.uk.

Selon lui, le pic de labiaplasties est davantage dû au "yoga, au sport, à l'exercice". "Les femmes veulent être à l'aise dans des leggings serrés", a-t-il ajouté.

Mais s'il est vrai que les leggings et autres pantalons serrés peuvent quelque peu blesser la vulve - qui devient douloureuse à cause du frottement -, il est préférable d'opter pour une solution moins radicale et permanente qu'une labiaplastie, en choisissant, par exemple, des pantalons plus larges.

  1. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.
  2. Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Une nouvelle étude a établi un lien entre les malformations cardiaques congénitales d’un bébé et la consommation d’alcool de ses parents, a rapporté jeudi la chaîne américaine CNN. Ainsi, les pères qui ont bu au cours des trois mois avant la conception de l’enfant ont 44% de probabilités supplémentaires d’engendrer un bébé atteint de cardiopathie congénitale par rapport à ceux qui ne consomment pas d’alcool, voire 52% s’ils se sont adonnés au “binge drinking”, avec cinq boissons ou plus par épisode de consommation.