Plein écran
Beagle take a summer bath © thinkstock

Comment protéger son chien de la chaleur

Si la première canicule de l'été est désormais derrière nous, les températures peuvent logiquement repartir à la hausse dans les prochaines semaines. Pour le plus grand malheur du meilleur ami de l’homme, lequel supporte généralement assez mal la chaleur. Voici donc quelques conseils de bon aloi pour protéger votre chien des coups de chaud qui peuvent s’avérer mortels

La transpiration ou sudation est un mécanisme naturel qui permet de réguler la température corporelle de l’être humain aux alentours de 37 degrés. Le chien transpire quant à lui très peu, uniquement par ses coussinets. Contrairement aux idées reçues, nos compagnons à quatre pattes ne transpirent pas par la langue. Haleter leur permet simplement d’un peu se rafraîchir.

Vous l’aurez compris, le chien supporte encore moins la chaleur que l’être humain et il convient donc de l’aider à faire face aux températures élevées. Voici quelques conseils pour ce faire, fournis par nos confrères du RTL info.

Humidifier son corps

Lorsque les températures grimpent en flèche, un réflexe naturel consiste à plonger son corps dans ou sous l’eau. N’hésitez donc pas à mouiller les coussinets, le ventre et la tête de votre chien plusieurs fois par jour. Veillez par contre à ce que la température de l'eau ne soit pas trop froide afin d’éviter les chocs thermiques. Même si l’envie est tentante, évitez les eaux stagnantes et les étangs, sources de bactéries.

Pas de balade aux heures les plus chaudes

Il est bien sûr totalement déconseillé de promener votre chien aux heures les plus chaudes de la journée. Les balades doivent donc se faire le matin ou en fin de journée, en évitant tant que possible l’asphalte ou le béton brûlants pour ne pas abîmer les coussinets de votre toutou. Si possible, emmenez plutôt chien au parc ou, encore mieux, en forêt.

Une petite coupe d’été 

Faire un détour chez le toiletteur fera évidemment du bien aux chiens à poils longs. Il peuvent être tondus, mais pas à ras puisque leurs poils les protègent du soleil. Le plus important étant de les brosser régulièrement afin d’éliminer les poils morts. N’hésitez pas à investir quelques dizaines d'euros dans une brosse professionnelle, bien plus efficace pour démêler et éliminer le sous-poil.

Que d’eau, que d'eau

N’oubliez évidemment pas d’hydrater votre chien au maximum, en mouillant ses croquettes par exemple. L’eau de sa gamelle doit être fréquemment remplacée afin qu’elle demeure la plus fraîche possible. Si vous laissez votre compagnon seul durant la journée, pensez à ajouter quelques glaçons dans son eau.

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.