Plein écran
En Belgique, 130.000 travailleurs salariés et 5.600 indépendants sont confrontés à des affections mentales pendant plus d'une année. © getty

Comment savoir si on souffre de burn-out? Ce site peut vous aider

La ministre des Affaires sociales et de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) a lancé lundi une nouvelle campagne de prévention pour aider à détecter le burn-out et à en guérir. Le site internet stressburnout.belgique.be dispense des conseils et collecte des témoignages à l'attention des travailleurs comme des employeurs.

En Belgique, 130.000 travailleurs salariés et 5.600 indépendants sont confrontés à des affections mentales pendant plus d'une année. Toutefois, il n'existe pas de diagnostic officiel pour le burn-out. Alors, qu'est-ce qui le différencie du stress ou de la dépression, par exemple?

Au fait, c'est quoi le burn-out?
"L'épuisement émotionnel et le lien avec le travail sont des éléments clés pour définir le burn-out", souligne-t-on sur le site, qui s'attache à définir la maladie. La professeure en psychologie du travail Isabelle Hansez, de l'ULiège, et le psychiatre Dirk De Wachter, de la KU Leuven, ont notamment participé aux témoignages livrés sous forme de vidéos. Des cadres et des travailleurs eux-mêmes confrontés au burn-out s'y expriment également.

L'outil s'articule ensuite en cinq onglets pour "prévenir" le burn-out, le "reconnaître", "se reconstruire" et gérer "l'après burn-out". Enfin, il aiguille les travailleurs -salariés comme indépendants-, les proches et les employeurs vers "qui s'adresser". Le site propose en outre un trajet de navigation spécifique pour les prestataires de soins.

"Trouver le bon équilibre"
"L'objectif de la campagne est (...) de permettre d'orienter les gens vers les bonnes instances en vue d'obtenir du soutien", commente Maggie De Block. "Il faut parvenir à concilier d'une part les obligations et les facteurs de risque et, d'autre part, les ressources qui vous donnent de l'énergie. Le tout, c'est de trouver le bon équilibre."

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.
  3. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.