Plein écran
Plusieurs courses ont lieu chaque année: la ruée des fadas, X-warrior, tough mudder,... © getty

Comment se préparer à une course de l'extrême

Ce week-end aura lieu la "Sand race" à Mont-Saint-Guibert, une course de 5 ou 10 kilomètres avec une vingtaine d'obstacles différents. C'est la plus grande de Wallonie. Si l'envie de tenter votre chance à une course de l'extrême vous titille, voici quelques conseils.

Si vous avez l'habitude de courir, une course de 5 à 10 kilomètres ne vous fera pas peur. Et de prime abord, les obstacles comme celui où il faut ramper dans un tuyau vous paraitront facile. Ils ne sont pourtant pas à prendre à la légère car ils casseront votre rythme et prendront votre énergie. 

Un entrainement régulier 
Si certains obstacles vous permettent de souffler, il faut surtout être assez performant que pour pouvoir parcourir toute la distance à un bon rythme. Il vous faudra gérer votre endurance mais aussi rester concentré. Même si traverser un couloir de mousse peut être très amusant.

Mobilisez votre environnement
Lorsque vous partez à l'entrainement, utilisez tout ce qui se trouve autour de vous. Vous croisez un banc? Faites quelques pompes en prenant appui sur le dossier. Emportez des petits poids avec vous pour muscler vos bras. Empruntez les escaliers. Plusieurs parcs proposent des "parcours santé" où vous pourrez faire des tractions ou sauter dans des pneus. 

Apprenez à gérer la récupération
Habituez-vous à varier les difficultés. Mobilisez toutes les parties de votre corps et faites le moins de pauses possibles. Lorsque vous aurez franchi le lac de boue, vos coéquipiers seront déjà en train de courir vers le prochain obstacle. Vous aurez donc très peu de temps pour récupérer. Pour gagner en endurance, habituez votre corps à passer directement des pompes aux pas chassés, puis de l'escalier à la course. 

Prenez le temps de vous préparer
Une course d'obstacles demande beaucoup d'énergie et si le corps n'est pas entraîné, les accidents sont vite arrivés. Les entraîneurs sportifs recommandent de s'entraîner deux à trois mois à l'avance et de courir deux à trois fois par semaine.

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.