Plusieurs courses ont lieu chaque année: la ruée des fadas, X-warrior, tough mudder,...
Plein écran
Plusieurs courses ont lieu chaque année: la ruée des fadas, X-warrior, tough mudder,... © getty

Comment se préparer à une course de l'extrême

Ce week-end aura lieu la "Sand race" à Mont-Saint-Guibert, une course de 5 ou 10 kilomètres avec une vingtaine d'obstacles différents. C'est la plus grande de Wallonie. Si l'envie de tenter votre chance à une course de l'extrême vous titille, voici quelques conseils.

Si vous avez l'habitude de courir, une course de 5 à 10 kilomètres ne vous fera pas peur. Et de prime abord, les obstacles comme celui où il faut ramper dans un tuyau vous paraitront facile. Ils ne sont pourtant pas à prendre à la légère car ils casseront votre rythme et prendront votre énergie. 

Un entrainement régulier 
Si certains obstacles vous permettent de souffler, il faut surtout être assez performant que pour pouvoir parcourir toute la distance à un bon rythme. Il vous faudra gérer votre endurance mais aussi rester concentré. Même si traverser un couloir de mousse peut être très amusant.

Mobilisez votre environnement
Lorsque vous partez à l'entrainement, utilisez tout ce qui se trouve autour de vous. Vous croisez un banc? Faites quelques pompes en prenant appui sur le dossier. Emportez des petits poids avec vous pour muscler vos bras. Empruntez les escaliers. Plusieurs parcs proposent des "parcours santé" où vous pourrez faire des tractions ou sauter dans des pneus. 

Apprenez à gérer la récupération
Habituez-vous à varier les difficultés. Mobilisez toutes les parties de votre corps et faites le moins de pauses possibles. Lorsque vous aurez franchi le lac de boue, vos coéquipiers seront déjà en train de courir vers le prochain obstacle. Vous aurez donc très peu de temps pour récupérer. Pour gagner en endurance, habituez votre corps à passer directement des pompes aux pas chassés, puis de l'escalier à la course. 

Prenez le temps de vous préparer
Une course d'obstacles demande beaucoup d'énergie et si le corps n'est pas entraîné, les accidents sont vite arrivés. Les entraîneurs sportifs recommandent de s'entraîner deux à trois mois à l'avance et de courir deux à trois fois par semaine.

  1. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.
  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.