Plein écran
Des coureurs, lors des 20km de Bruxelles, en 2016. © belga

Comment se préparer pour courir 10 km

Les amateurs de course à pied entament leur saison favorite. Ce week-end, l'ULB organise un parcours de 10 kilomètres. La semaine suivante, la commune d'Uccle s'y met à son tour. De quoi, pourquoi pas, préparer ceux qui veulent voir plus loin et qui ont déjà pris leur dossard pour se lancer dans les 20km de Bruxelles, le 19 mai. Voici quelques conseils pour aborder votre course le mieux possible.

Reposez-vous avant la course
La veille ou l'avant-veille, ne faites pas d'entrainement intensif. Faites tout au plus du vélo ou de la natation.

Mangez au minimum trois heures à l'avance
Laissez suffisamment de temps à votre corps pour digérer. Essayez de manger des glucides et oubliez les fibres, les protéines ou tout ce qui pourrait vous rester sur l'estomac. Optez donc pour du pain blanc, du riz, de la confiture ou de la banane et laissez de côté les autres fruits frais, les noix, les légumes et les produits céréaliers riches en fibres. La dernière heure avant la course, mangez un en-cas riche en glucides, comme du pain d'épice ou une banane.

Ne commencez pas trop vite
Avec l'ambiance et la musique, vous serez tenté de tout donner d'entrée de jeu. Les slaloms risquent également de vous faire perdre beaucoup d'énergie. Utilisez plutôt ce moment pour vous "chauffer". Vous pouvez toujours accélérer plus tard.

Buvez
Même si les points de ravitaillement ressemblent à des champs de bataille, ne sautez pas une occasion de boire de l'eau, car votre corps en a désespérément besoin et vous risquez de le payer cher. Cela vaut aussi pour les en-cas distribués le long de la course.

Répartissez vos supporters
Fixez des endroits stratégiques où vous pourrez saluer vos supporters. Vous serez ainsi sûr de ne pas les manquer et ils vous donneront de l'énergie pour repartir. 

Consultez le parcours à l'avance
Pour mieux gérer votre effort, analyser le parcours à l'avance. Vous pourrez ainsi économiser de l'énergie précieuse pour affronter les montées.

Ecoutez votre corps
Si vous ressentez une baisse de régime, marchez un peu. Il n'y a rien de mal à cela. Si vous aimez la musique, gardez-là pour les coups de mou. Tout va bien, au contraire? Accélérez le rythme. 

  1. Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils malade: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Le coach du Spirou se retire pour s’occuper de son fils: “Qu’est-ce que le basket par rapport à un enfant atteint d’un cancer?”

    Pascal Angillis, coach du Spirou Charleroi, a décidé de mettre sa carrière d’entraîneur entre parenthèses pour rester au chevet de son fils, touché par une tumeur à l’œil. Il prend un “congé ponctuel” de deux à trois mois pour “raisons personnelles”, a-t-il expliqué dans un communiqué publié lundi sur le site internet www.spiroubasket.be du club de l’Euromillions Basket League.
  2. Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”
    Interview

    Agathe Auproux, 28 ans, en rémission: “Aux gens malades, je dirais de ne surtout pas faire comme moi”

    On n’est pas malade quand on a 27 ans. On a la vie devant soi, des projets plein la tête, on sort, on rit, on danse, on boit des coups… Le 23 septembre 2018, Agathe Auproux, chroniqueuse dans “Touche pas à mon poste !”, 736.000 abonnés sur Instagram, déjeune avec des copines lorsqu’elle découvre l’existence d’une boule juste au-dessus de la poitrine. “C’est chelou, non ?” Elle descend dans les toilettes du restaurant où elle se trouve pour s’examiner. À part cette boule étrange, rien à signaler. Si ce n’est peut-être qu’elle est fatiguée, qu’elle a moins d’appétit, qu’elle dort mal… Elle comprend tout de suite que “quelque chose ne va pas”. “La maladie est invisible, mais je la vois. Je ne peux pas la nommer, mais je sais qu’elle est là.” Agathe apprendra deux mois plus tard qu’elle souffre d’un lymphome de stade 2 sur 4. La jeune femme a fait six mois de chimiothérapie. Elle a longtemps dissimulé sa maladie au grand public, planquant sa chute de cheveux sous des barrettes et son cathéter avec des vêtements à col roulé. Elle est aujourd’hui en rémission et sort “Tout va bien”, un livre dans lequel elle partage avec franchise son combat contre la maladie. Elle était à Bruxelles ce vendredi, au lendemain de ses 28 ans. Confidences.
  3. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.