Scott Kelly en simulateur, en Russie, en 2015
Plein écran
Scott Kelly en simulateur, en Russie, en 2015 © AP

Comment survivre au confinement? Les bons conseils d'un astronaute

Scott Kelly, ancien astronaute de la NASA qui a passé un séjour record de près d’un an à bord de la Station spatiale internationale (ISS) en 2015-2016, a livré samedi dans le New York Times ses tuyaux pour surmonter l’isolement, tel qu’aujourd’hui imposé à travers le monde pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

“Quand j’ai vécu à bord de la Station spatiale internationale pendant près d’un an, ce n’était pas simple. Quand j’allais dormir, j’étais au travail. Quand je me levais, j’étais toujours au travail. Voler dans l’espace est sans doute le seul métier que vous ne pouvez pas du tout quitter”, explique Scott Kelly en guise d’introduction à ses conseils ramenés du ciel au sujet de l’isolement en ces temps d’épidémie de coronavirus.

Suivez un horaire

“Vous verrez que suivre un plan aidera votre famille à s’adapter à des cadre de vie et environnement de travail différents. Quand je suis rentré sur Terre, cette structure me manquait et c’était difficile de vivre sans”, glisse l’astronaute évoquant son emploi du temps.

Trouvez votre rythme

Prenez du temps pour des activités amusantes, recommande M. Kelly. “Je retrouvais mes compagnons pour des soirées films, avec des choses à grignoter, j’ai ‘binge-watché’ Game of Thrones... deux fois”, se rappelle le quinquagénaire texan, ajoutant cependant qu’il faut veiller à garder une heure de coucher constante. “Les scientifiques de la NASA étudient de près le sommeil des astronautes et ils ont découvert que la qualité du sommeil est liée à la cognition, à l’humeur et aux relations interpersonnelles, essentielles à une mission dans l’espace ou une quarantaine à la maison”.

Prenez l’air

Scott Kelly se souvient de ses collègues qui aimaient écouter des sons de la Terre, comme des chants d’oiseaux, le bruissement des arbres, ou même des bruits de moustiques. “La recherche a montré que passer du temps dans la nature est bénéfique pour notre santé mentale et physique, tout comme l’exercice. Vous ne devez pas en faire pendant deux heures et demie par jour, comme les astronautes de l’ISS, mais bouger une fois par jour devrait faire partie de votre horaire de quarantaine (tant que vous gardez vos distances avec les autres)”, conseille-t-il.

Trouvez un passe-temps

“Quand vous êtes confiné dans un petit espace, vous avez besoin d’un exutoire, qui n’est ni travail ni entretien de votre environnement”, observe l’astronaute. “Certaines personnes sont surprises d’apprendre que j’ai emmené des livres avec moi dans l’espace. Le calme et l’absorption qu’on peut trouver dans un livre physique -celui qui ne vous envoie pas de notifications et ne vous tente pas d’ouvrir un nouvel onglet- n’ont pas de prix”, juge-t-il, renvoyant au passage vers le service de livraison actuellement mis en place par certaines librairies, un moyen de soutenir le commerce local tout en se procurant un objet utile à la nécessaire déconnexion. Si la lecture n’est pas votre truc, pourquoi ne pas essayer la pratique d’un instrument de musique ou la découverte d’un artisanat?

Rédigez un journal

“La NASA étudie les effets de l’isolement sur les humains depuis des décennies et une découverte étonnante est l’importance de tenir un journal”, note Scott Kelly, qui a pris ce temps d’écrire presque tous les jours de sa mission. Selon lui, ces écrits, éventuellement basés sur le ressenti, pourraient vous permettre de mettre les choses en perspective et de vous repencher plus tard sur cette période unique dans l’Histoire.

Prenez le temps d’interagir

M. Kelly n’a jamais manqué l’occasion d’une conférence vidéo avec sa famille ou ses amis. “Les scientifiques ont découvert que l’isolement détériore non seulement notre santé mentale, mais aussi notre santé physique, en particulier nos systèmes immunitaires”, souligne-t-il. Prendre le temps de se connecter avec quelqu’un tous les jours pourrait donc vous renforcer. Profitez de la technologie: il n’a jamais été aussi simple de garder le contact.

Écoutez les experts

“Vivre dans l’espace m’a appris l’importance d’avoir confiance en l’avis de personnes qui en savaient plus que moi sur leur sujet, que ce soit la science, l’ingénierie, la médecine ou le design incroyablement complexe de la station spatiale qui me gardait en vie. Surtout dans un moment difficile comme celui que nous traversons, nous devons chercher le savoir auprès de ceux qui en savent le plus et les écouter. Les réseaux sociaux et autres sources mal contrôlées peuvent contribuer à la désinformation comme les poignées de mains peuvent transmettre les virus, nous devons donc nous efforcer de rechercher des sources fiables”, insiste l’astronaute, citant notamment l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Aidez

Scott Kelly pointe finalement toutes les petites choses qu’on peut faire malgré le confinement et qui sont autant de bonnes actions, comme faire des courses pour des voisins âgés ou autres personnes à risque. “J’ai vu des humains travailler ensemble pour surmonter les défis les plus inimaginables, et je sais que nous pouvons surmonter celui-ci si nous faisons tous notre part et travaillons ensemble en équipe”, conclut l’astronaute, avant de replacer qu’il ne faut pas oublier de se laver -souvent- les mains.

Scott Kelly, à droite, avec son jumeau Mark, astronaute lui aussi
Plein écran
Scott Kelly, à droite, avec son jumeau Mark, astronaute lui aussi © AFP
  1. Les recyparcs ouvriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Les recyparcs ou­vriront-ils à Charleroi et dans sa région? Tibi crée de la clarté

    Afin de pouvoir continuer à effectuer ses missions prioritaires et de respecter les obligations de distanciation sociale imposées par le Conseil National de Sécurité (CNS), l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi (Tibi) a été amenée à fermer le 18 mars dernier tous ses recyparcs. Il s’agissait d’une mesure décrétée par la Ministre wallonne de l’Environnement, Céline Tellier (Écolo). Mais ces derniers jours, une réouverture était à l’ordre du jour.