De plus en plus de jeunes Belges chez les Alcooliques anonymes

L’alcool est bien ancré dans les moeurs des jeunes Belges. Une tendance qui se vérifie d’ailleurs aux réunions des Alcooliques anonymes (AA). 

Plein écran
Illustration © Getty Images

Les jeunes Belges commencent à boire vers “13, 14 ans”, s’alarme dans la DH Pierrot, coordinateur de l’information publique pour les AA. Conséquence, des “jeunes de 16 ans” s’y présentent déjà, “avec l’accord de leurs parents”. D’autres ont à peine 20 ans, observe-t-il. 

Le professionnel pointe le phénomène du Binge Drinking, “la biture express”: “Ils avalent 75 cl de vodka en un temps record, ce qui est très dangereux pour le cerveau”. Certains cumulent alcool et drogues, note-t-il. 

“L’alcool est notre drogue culturelle. On est presque tous consommateurs, y compris les soignants. En Belgique, on considère qu'on boit trop si on boit plus que son médecin (...) L’image de l’alcool associé à la fête reste très présente”, constate Martin de Duve, porte-parole du groupe Jeunes et alcool.