Smartshop aux Pays-Bas
Plein écran
Smartshop aux Pays-Bas © photo_news

Denver dépénalise l'usage des champis

Denver est devenue mercredi la première ville des Etats-Unis à dépénaliser l'usage des champignons hallucinogènes: appelés à se prononcer par référendum, les électeurs de la capitale du Colorado ont dit "oui", du bout des lèvres, à 50,56% contre 49,44%. L'an dernier en Californie, une initiative similaire avait échoué à être soumise à un vote populaire.

Plein écran
© afp

Les partisans de cette mesure avaient d'autant plus de mal à en croire leurs yeux que les derniers chiffres provisoires publiés dans la nuit laissaient penser qu'elle serait rejetée par une courte majorité.

"La moindre des priorités"
Au total, plus de 176.000 électeurs se sont exprimés sur cette "initiative 301" qui vise à ce que l'arrestation pour possession et consommation de champignons à psilocybine -pour les personnes de plus de 21 ans et à titre personnel- devienne "la moindre des priorités des forces de l'ordre dans la ville et le comté de Denver".

Techniquement illégaux
Les champignons resteront toutefois techniquement "illégaux" et leur vente constituera toujours un crime.

Pas addictifs
Selon diverses études, la psilocybine, principe actif des "champignons magiques", n'est pas considérée comme addictive et peut permettre de lutter contre la dépression et la dépendance aux opiacés, des antidouleurs à l'origine chaque année de milliers de morts par overdose à travers les Etats-Unis.

Utilisation millénaire
"Les êtres humains utilisent ces champignons depuis des milliers d'années comme traitement, rite de passage, vecteur d'élévation spirituelle (...)", affirme sur son site le groupe Decriminalize Denver, qui avait annoncé en janvier avoir recueilli suffisamment de signatures pour que son initiative fasse l'objet d'un référendum.

Un enthousiasme pas toujours partagé
"Denver est en train de devenir la capitale mondiale de la drogue", avait alors regretté auprès de CNN Jeff Hunt, un responsable de l'Université catholique du Colorado. "Nous n'avons à vrai dire aucune idée de l'effet à long terme de ces drogues sur les habitants du Colorado".

Déjà pionnier avec le cannabis
Denver était devenue en 2005 la première grande ville américaine à légaliser, déjà par référendum, la possession de petites quantités de cannabis. L'usage récréatif de cannabis est légal depuis 2014 dans l'ensemble de l'Etat du Colorado, l'un des pionniers en la matière avec ceux de Washington et de l'Oregon, sur la côte Pacifique. Le cannabis est aujourd'hui légal à titre récréatif dans dix Etats américains, dont la Californie, et dans plus de 30 Etats (sur 50) à titre médical.

  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.