Plein écran
© reuters

Drame de l'alcool frelaté: 98 morts et 200 hospitalisés

Update98 personnes sont mortes et au moins 200 autres ont été hospitalisées dans le nord-est de l'Inde après avoir bu de l'alcool frelaté, ont annoncé samedi les autorités locales, moins de deux semaines après une affaire identique qui avait fait une centaine de morts dans le nord du pays.

Plein écran
© belga
Plein écran
© epa
Plein écran
© belga
Plein écran
© belga

La plupart des victimes, parmi lesquelles figurent de nombreuses femmes, travaillaient dans des plantations de thé de la région. Selon M. Hazarika, des personnes ont commencé à tomber malades jeudi soir après avoir consommé une cargaison d'alcool produit clandestinement.

Bilan provisoire
Le bilan, qui était initialement de 69 personnes dans les deux districts, pourrait encore augmenter. Selon les responsables, plusieurs des victimes hospitalisées se trouvent dans un état critique. "Les gens sont arrivés à l'hôpital en proie à d'intenses vomissements, à bout de souffle et avec de fortes douleurs dans la poitrine", a expliqué à l'AFP le docteur Ratul Bordoloi, directeur adjoint des services de santé à Golaghat.

Ouverture d'une enquête
Le chef du gouvernement de l'Etat d'Assam, Sarbananda Sonowal, a ordonné l'ouverture d'une enquête. La police a annoncé l'arrestation d'un homme qui vendait de l'alcool frelaté et deux responsables de l'administration des impôts dans le district ont été suspendus faute d'avoir pris les précautions adéquates avant la mise en vente de cet alcool.

Drames à répétition
Mi-février, une centaine de personnes avaient succombé en un week-end à de l'alcool frelaté et de nombreuses victimes avaient dû être hospitalisées, dans une zone à cheval sur les Etats d'Uttar Pradesh et d'Uttarakhand (nord), à 150 km au nord de la capitale New Delhi. La police avait alors déclenché une vaste opération contre les distilleries clandestines.

Le fléau de l'alcool frelaté
Des centaines d'Indiens pauvres meurent chaque année après avoir consommé de l'alcool frelaté bon marché. Les contrebandiers ajoutent souvent du méthanol - un alcool hautement toxique parfois utilisé comme antigel - dans leur breuvage afin de le corser.