Plein écran
© Facebook

Elle passe un mois sans une goutte d'alcool: voilà le résultat

La Fondation contre le Cancer va lancer une initiative inédite: ne pas boire une seule goutte d'alcool en février 2017. Le but: prendre conscience de sa consommation d'alcool. "L'alcool a reçu une image beaucoup trop sûre alors qu'il y a encore huit cancers qui ont un lien direct avec lui." Ysaline Van Dessel a raconté son expérience déjà testée à Het Nieuwsblad.

Si le mois de février 2017 a été choisi, c'est parce qu'il ne compte que 28 jours. Sous l'appellation "Tournée minérale", la Fondation contre le Cancer entend sensibiliser un maximum de personnes.

"Nous savons que la prévention ne fonctionne pas quand on pointe certaines choses du doigt", déclare Martine Ceupens, responsable communication à la Fondation contre le Cancer. "C'est pour cela que nous voulons sensibiliser d'une manière positive, à l'instar du tabac ou des UV. L'alcool, c'est un peu tous les jours, trop automatique et avec une image beaucoup trop sûre. Nous travaillons sur un site internet avec une calculatrice, qui permettra de voir combien d'argent on économise sans alcool. Et celui qui le désire peut faire un don de ce montant à la recherche contre le cancer."

"Oui, ça marche!"
Ysaline Van Dessel a fait le test en janvier dernier. Elle buvait jusqu'à sept verres par semaine pour un budget d'environ 100 euros par mois. Elle a stoppé sa consommation et selon elle, les résultats sont très satisfaisants. "J'ai vu une grande différence", dit-elle. "Auparavant, je courais 5 kilomètres en 35 minutes. Après trois semaines d'arrêt, j'en étais à 28 minutes. Je me sentais mieux, et tout le reste suivait."

Aujourd'hui, elle a arrêté de boire de l'alcool et se prépare à courir un marathon. "Je voulais en courir un avant mes 30 ans et je constate que ma consommation d'alcool va jouer un rôle dans ma préparation."

  1. Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Son instinct maternel savait que quelque chose n’allait pas. Aoife Flanagan, une fillette de 3 ans vivant à Rayleigh au Royaume-Uni, se plaignait d’avoir mal au ventre. Elle a ensuite confié à sa mère qu’elle souffrait de douleurs dans d’autres parties de son corps. Eilish, inquiète, a emmené Aoife chez les médecins à plusieurs reprises: onze fois en trois semaines. Elle explique à Fox News: “Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des infections mais on nous disait qu’elle souffrait de constipation, chose fréquente chez les enfants.”
  1. “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereuses que les maladies”

    “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereu­ses que les maladies”

    Les rumeurs et fausses informations propagées principalement sur internet au sujet des vaccins constituent un danger encore plus grand que les maladies elles-mêmes, a déclaré jeudi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au sommet Global Vaccination organisé à Bruxelles. La reine Mathilde, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block ont assisté à l'événement.
  2. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.