Plein écran
© Photo publique Facebook

Elle se suicide après une opération des yeux au laser

Jessica Starr, météorologue sur une chaîne de télévision locale à Détroit, a subi une opération des yeux en octobre dernier. Elle aurait dû reprendre le travail le 13 novembre mais ses yeux étaient secs en permanence et elle voyait toujours flou. Son retour au travail a été repoussé.

Dans une vidéo postée sur Facebook, elle se plaignait des suites de son opération au laser. Elle expliquait que son rétablissement était difficile. Dans un ultime tweet, elle confiait qu'elle "luttait". "Pensez à moi en cette période difficile." Quelques heures plus tard, Jessica Starr mettait fin ses jours par pendaison.

Le suicide de la présentatrice météo doit-il être lié à l'opération au laser qu'elle a subie? Le Journal of Cataract and Refractive Surgery rapporte que 96% des patients sont satisfaits du résultat de leur chirurgie au Lasik. Plus de 9,5 millions d'Américains ont déjà été opérés avec cette méthode. C'est le cas de Tiger Woods, Courteney Cox et Brad Pitt. Une fois opérés, huit patients sur dix peuvent laisser tomber leurs lunettes.

L'ancien président de la Société américaine de la cataracte et de la chirurgie réfractive confie au Times que si le risque est faible, il existe bel et bien. Et pour la minorité de patients concernés, les résultats sont dévastateurs. Ils souffrent de douleurs chroniques et de pensées suicidaires.

En octobre dernier, un Canadien de 54 ans se suicidait vingt ans après une opération au laser ratée. "Je ne ressens plus aucun plaisir", a écrit Paul Fitzgerald dans sa note de suicide. "Juste la douleur brûlante aux yeux et dans ma tête." Il souffrait de migraines et de sécheresse oculaire depuis la chirurgie en 1996.

Max Cronin, un ancien combattant américain, a, lui, subi deux interventions chirurgicales des yeux. "Il avait l'impression d'avoir des aiguilles dans les yeux", se souvient sa mère. Il s'est suicidé en 2016.

La complication rare mais grave de l'opération au laser est une névralgie cornéenne. On la confond avec de la sécheresse oculaire. En réalité, elle provoque une douleur intense causée par des nerfs endommagés dans la cornée

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. Le témoignage d’une aide-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostitution. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Le témoignage d’une ai­de-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostituti­on. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Il existe des métiers plus faciles que d’autres, des métiers qui rapportent plus que d’autres et des métiers qu’il est plus difficile de quitter que d’autres. Selon Maya (nom d’emprunt), être aide-ménagère n’est pas compliqué. En revanche, faire ses adieux au milieu, comme elle souhaite le faire depuis longtemps, c’est une autre histoire.