Plein écran
© thinkstock

"Est-ce de l'herpès?": les internautes jouent aux docteurs en livrant leurs diagnostics

"Comment ai-je attrapé chlamydia?”, "Petits points rouges”, "Poils incarnés ou verrues génitales?” De plus en plus de personnes cherchent des diagnostics de maladies sexuellement transmissibles sur le réseau social Reddit, décrit une étude publiée mardi dans une revue médicale américaine, ce que les auteurs appellent "crowd-diagnosis" ou diagnostic participatif.

Les chercheurs de l'université de Californie à San Diego ont récupéré 17.000 posts sur la section de Reddit consacrée aux MST (en anglais). Puis ils ont analysé 500 posts pris au hasard.

58% des messages demandaient aux utilisateurs un diagnostic. Un tiers de ces requêtes contenait une photographie (des boutons, du pénis...), selon leur analyse publiée par la revue médicale Jama.

Une demande de diagnostic sur cinq se faisait pour obtenir un deuxième avis, après avoir consulté un médecin. Y compris le cas inquiétant d'une personne ayant testé positif pour le VIH, mais qui demandait l'opinion des utilisateurs de Reddit.

Ces utilisateurs donnent volontiers leur avis, et vite: la quasi-totalité des messages ont reçu une réponse, avec un temps de réponse de moins de trois heures pour la moitié.

Docteur Google

"Tout le monde parle du docteur Google et des gens qui vont en ligne chercher des informations pour s'autodiagnostiquer", dit à l'AFP John Ayers, épidémiologiste à l'université de Californie San Diego et coauteur de l'analyse.

"Mais la réalité est que ce n'est plus comme cela que les gens utilisent internet. Ils veulent de vraies interactions avec de vrais gens".

Inexact et dangereux

Le problème: "Le diagnostic participatif, tel qu'il existe aujourd'hui, est totalement inexact et dangereux", dit John Ayers. "Mais on peut canaliser ces millions de demandes de diagnostics en quelque chose de bien", plaide-t-il.

Ses collègues et lui imaginent des professionnels de santé investir eux-mêmes internet pour répondre aux questions - pas forcément pour faire un diagnostic à partir d'informations souvent insuffisantes, mais pour faire un premier tri, ou orienter les demandeurs vers une clinique de test près de chez eux, ou vers une consultation de télémédecine.

"Nous ne pourrons pas empêcher les gens de continuer à le faire... Nous devons aller où cela se passe, dans les réseaux sociaux où ils cherchent de l'aide", continue John Ayers.

Il fait valoir l'exemple du subreddit sur le suicide. "Des experts formés modèrent ce Reddit, et ils orientent les gens" vers des soutiens et numéros de téléphone spécialisés, dit-il.