Plein écran
L'alcool au soleil: plus de risques? © Getty Images/Cultura RF

Est-on vraiment plus vite saoul par forte chaleur?

Ah, les températures tropicales et les terrasses qui incitent parfois à se rafraîchir à l’aide d’une bière ou d’un cocktail plein de glaçons. Chaque été, on nous le serine pourtant: gare à l’ébriété favorisée par la chaleur. Mais à quantité égale d’alcool, cette assertion est-elle justifée? Peut-on dire que l'on est plus rapidement ivre quand il fait chaud?

La réponse n’est pas absolue. “Il n’y a en réalité jamais eu d’étude scientifique tendant à déterminer l’impact du soleil sur l’assimilation de l’alcool”, explique Tom Bart du bureau d’enquête Jellinek, spécialisé dans les dépendances. “Pour beaucoup de gens, c’est une évidence, l’alcool leur fait plus d’effet s’il est consommé au soleil mais en fait, il n’y a pas de preuve tangible”, résume-t-il. Il y a cependant plusieurs éléments qui corroborent la thèse d’une alcoolisation davantage ressentie en cas de soleil. 

“Lors d’une exposition au soleil, votre corps est sur le pont pour équilibrer votre réserve d’énergie. S’exposer coûte de l’énergie, tout comme consommer de l’alcool, ce qui explique sans doute que notre organisme assimile moins bien l’alcool dans ces circonstances”, avance-t-il. 

La chaleur accroit également l’afflux sanguin dans les vaisseaux, affirme Tom Bart. “De la sorte, l’alcool est diffusé plus vite dans l’organisme. Cela peut donner l’impression aux gens de ‘sentir’ plus vite les verres consommés mais c’est surtout psychologique”.

Gueule de bois et cancer de la peau favorisés

Pour Marjan Heuving, de l’institut Trimbos, boire de l’alcool au soleil vous fait principalement encourir un risque accru de gueule de bois. La raison est simple: la chaleur accélère la déshydratation. Mais de là à être davantage ivre, c’est un raccourci que les scientifiques ne franchissent pas: “L’effet de l’alcool au soleil n’a pas été étudié. Impossible de dire si oui ou non on sera plus vite saoul en terrasse que dans le café”.

Ce qui a bel et bien été quantifié, selon Tom Bart, c’est que l’alcool augmente les risques de cancer de la peau. “Diverses recherches prouvent que consommer de l’alcool en plein soleil augmente les risques de coups de soleil. Les substances de dégradation de l’alcool vous rendent plus sensibles au soleil. Combiné avec un soleil brûlant, l’alcool accentue donc le risque de mélanome, une forme agressive de cancer de la peau”. Un peu d’eau?