Plein écran
© thinkstock

Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.

“Un bon complexe de vitamines m’aidera à passer un hiver sans microbes”

FAUX. De manière générale, les carences vitaminiques importantes sont rares. En effet, une alimentation variée et équilibrée comble presque tous les besoins en vitamines et minéraux essentiels. Les complexes de vitamines ne servent donc pas à grand-chose sans carence avérée. Si vous cherchez un petit coup de pouce pour lutter contre les maux hivernaux, orientez-vous plutôt vers les toniques (guarana, ginseng, …) qui luttent contre la fatigue ou vers les légers stimulants de l’immunité comme l’échinacée. Attention, ces compléments ne peuvent pas être pris par tout le monde et à n’importe quel âge. Demandez toujours conseil à votre pharmacien ou votre médecin.

“Pas d’alcool avec les antibiotiques”

FAUX. En voilà une idée reçue fortement répandue! Une consommation raisonnable d’alcool est acceptée avec la plupart des antibiotiques. Le petit verre de bulles à l’apéro n’est pas incompatible avec votre traitement. Trinquer avec modération est donc possible dans la grande majorité des cas. Attention cependant, l’alcool est contre-indiqué avec d’autres médicaments. Il ne fait pas bon ménage avec les benzodiazépines ou le métronidazole, par exemple. Augmentation des effets de somnolence pour les uns, effet antabuse (rougeurs du visage, nausées, vomissements, tachycardie, …) pour l’autre. Mieux vaut éviter l’alcool avec certains traitements. Demandez conseil à votre pharmacien.

“Bien se couvrir pour transpirer la nuit permet de guérir plus rapidement”

FAUX. C’est sans doute une idée reçue venue du temps où l’on observait le déroulement des maladies sans disposer de traitements de la fièvre. Les malades commençaient généralement à se sentir mieux après un pic de température, on croyait donc à l’époque que cela venait de la “suée”. On sait aujourd’hui que c’est faux. La fièvre, véritable mécanisme de défense, est là pour aider le corps à lutter contre les infections. On combat la fièvre lorsqu’elle est mal supportée. Les mesures telles que se découvrir et bien s’hydrater sont justement à préconiser lors d’excès de température.

“Il faut rester au chaud pour ne pas tomber malade”

FAUX. L’air très froid peut ralentir la motilité des microcils de notre muqueuse respiratoire et irriter un peu nos voies aériennes, mais ce n’est pas le froid à proprement parler qui nous fait tomber malade. C’est bien la présence de virus ou de bactéries. Ces germes pathogènes se développent et se transmettent dans des environnements surchauffés, mal aérés et surpeuplés. La propagation des microbes se fait via les éternuements, la toux et un lavage des mains trop souvent oublié. Les réflexes physiologiques d’expulsion de l’air (toux, éternuements) permettent au corps humain de se défendre. Les particules (virus, bactéries, agents irritants, …) sont ainsi chassées afin d’éliminer (ou au moins de réduire la présence) des causes possibles d’infections. Mais c’est aussi grâce à ces mécanismes que les microbes se répandent! Les conseils pour réduire leur avancée? Mettre la main devant la bouche quand on tousse ou quand on éternue, se laver les mains régulièrement et aérer la maison au moins 15 minutes par jour.