Plein écran
© afp

"Il était charcutier puis il s'est mis à faire des prothèses mammaires"

Les prothèses mammaires PIP sont au coeur d'un véritable scandale. Derrière ce drame, un homme: Jean-Claude Mas, un ancien charcutier reconverti dans la fabrication de prothèses mammaires...

Patrick Baraf, chirurgien esthétique à Paris, s'est exprimé sur le fondateur des prothèses PIP sur Europe1. Le plasticien indique que Jean-Claude Mas n'avait pourtant pas une formation qui le prédestinait à la chirurgie esthétique... Loin de là. "Il était charcutier, et puis, il s'est mis à faire des prothèses mammaires à Toulon." Le chirurgien continue: "Il a monté un laboratoire". Et très vite, il est devenu le troisième leader mondial dans ce secteur.

"On pouvait se poser des questions sur ses compétences et ses qualités pour se lancer dans la fabrication de matériel médical." Il regrette que "tout le monde s'est laissé abuser". L'avocat de l'association des porteuses de prothèses PIP souhaiterait que la justice française planche sur le cas du fondateur qui, selon Europe 1, n'aurait été entendu qu'une seule fois. En France, quelque 30.000 femmes, porteuses de ces prothèses devront les retirer. En Belgique, la société belge de chirurgie plastique indique qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir.

L.C.C.