Plein écran
© getty

Infection à E. coli: qu'est-ce que c'est et quels sont les symptômes?

La bactérie E. coli a récemment provoqué la mort d'un couple de touristes britanniques dans un hôtel de Hurghada, en Égypte. Si elle peut provoquer des intoxications alimentaires, elle est la plupart du temps inoffensive pour l'homme. Alors de quoi s'agit-il véritablement, quels sont les symptômes d'une infection à E. coli et comment la traiter?

L'Escherichia coli, souvent abrégée E. coli, est une bactérie intestinale très courante dont la plupart des souches ne posent pas un très grand risque pour la santé. Cependant, une épidémie d'E. coli a récemment entraîné la mort de cinq personnes et la contamination d'environ 200 personnes aux États-Unis. Et ce mercredi, les autorités égyptiennes ont confirmé que c'était bien cette bactérie qui avait causé la mort d'un couple de touristes britanniques dans un hôtel d'Hurghada le 21 août dernier. 

E. coli, kezako?
Cette bactérie est normalement présente dans notre organisme et compose 80% de la flore intestinale de la plupart des mammifères, dont l'être humain. Son rôle est de nous protéger d'autres bactéries et d'assurer le bon fonctionnement de notre système intestinal. Pourtant, elle peut parfois provoquer des maux de ventre voire même des intoxications alimentaires. 

Quels sont les symptômes?
Les symptômes, qui peuvent mettre entre trois à quatre jours à faire leur apparition, comprennent la diarrhée (pouvant éventuellement contenir du sang), des crampes d'estomac, des nausées ou des vomissements. E. coli peut également causer diverses maladies, comme la cystite ou encore la pneumonie. 

Dans le cas d'une personne infectée qui ne présente aucune complication, ces symptômes peuvent durer environ une semaine.

Quel est son mode de transmission?
La bactérie se développe notamment dans le tube digestif des animaux à sang chaud, comme les bovins par exemple. La contamination se fait ensuite chez l'homme par voie orale, lors de l'ingestion d'aliments contaminés. Certains aliments et boissons, comme le boeuf haché, le lait non pasteurisé ou encore les produits frais tels que les épinards et la laitue, sont plus susceptibles d'être contaminés par la bactérie et d'entraîner une infection.

Parfois, la bactérie peut également se trouver dans l'eau, et ce qu'elle provienne de sources naturelles comme les rivières et les lacs ou de réserves d'eau publiques. Cette contamination se produit à cause de la propagation de la bactérie via les excréments humains et animaux. Quoi qu'il en soit, les réserves d'eau en milieu rural, comme les puits privés par exemple, sont plus susceptibles d'être infectées que les autres, d'après la clinique Mayo. 

Comment se protéger?
La bactérie E. coli peut survivre à l'extérieur du corps humain. Il est donc important d'adopter une hygiène irréprochable pour s'en protéger. Lavez-vous bien les mains après être passé aux toilettes, avant et après avoir cuisiné, après avoir été en contact avec des animaux et lors du changement de la couche d'un bébé. 

Manger de la viande qui n'a pas été cuite correctement peut également augmenter le risque d'être infecté par la bactérie E. coli. Le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies) conseille de cuire les steaks de boeuf à une température d'au moins 62,6 degrés, et de cuire le bœuf et le porc hachés à une température d'au moins 70 degrés afin d'éradiquer les germes. L'organisation ajoute qu'il faut également éviter d'avaler de l'eau en nageant dans des points d'eau publics comme les piscines ou les lacs.

  1. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.
  2. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.