Plein écran

L'apithérapie ou la santé grâce aux abeilles

Plein écran
Plein écran

Il y a peu nous vous parlions de l'aromathérapie, aujourd'hui nous nous intéressons à une autre médecine douce: l'apithérapie. Cette thérapie 100% naturelle se base sur les bienfaits du venin des abeilles et est pratiquée depuis des siècles, notamment en Chine où on retrouve sa trace dans des textes médicinaux datant de 2000 ans. Plus près de chez nous, Hippocrate (460-377 av. J.-C.) voyait dans le venin d'abeille un remède parfait pour traiter l'arthrite et les problèmes d'articulations.

Des études scientifiques menées depuis une soixantaine d'années ont permis de mieux déterminer les vertus du venin, du miel, de la propolis, du pollen et de la gelée royale. L'application la plus courante est celle de l'apipuncture qui consiste à injecter du venin d'abeille par dard ou seringue. On l'utilise surtout pour soigner les rhumatismes et les arthrites, ou encore les maladies inflammatoires (tendinites¿).

L'analyse chimique du venin d'abeille a révélé qu'il contient une importante quantité d'agents anti-inflammatoires, parmi ceux-ci l'adolapine et la mélittine. Le venin d'abeille a aussi des vertus tonifiantes et stimulantes, et il contribue au renforcement du système immunitaire et détoxique l'organisme.

On administre le venin par piqûres d'abeille ou par seringue. Le problème de la première solution est qu'il nécessite des abeilles vivantes -que l'on dépose sur la peau jusqu'à ce qu'elles piquent- ce qui implique la mort de l'abeille. Pour préservez l'animal, des techniques de prélèvement permettent dorénavant de récupérer le venin sans risque pour l'insecte.

Les traitements varient en fonction de l'infection (de une à plusieurs semaines, avec parfois jusqu'à 30 piqûres par séance). Si l'image même des abeilles ou des seringues vous rend malade, sachez qu'il existe d'autres modes d'administration: crème, lotion, gouttes, comprimés, gélules¿

Caroline Albert

  1. Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Son instinct maternel savait que quelque chose n’allait pas. Aoife Flanagan, une fillette de 3 ans vivant à Rayleigh au Royaume-Uni, se plaignait d’avoir mal au ventre. Elle a ensuite confié à sa mère qu’elle souffrait de douleurs dans d’autres parties de son corps. Eilish, inquiète, a emmené Aoife chez les médecins à plusieurs reprises: onze fois en trois semaines. Elle explique à Fox News: “Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des infections mais on nous disait qu’elle souffrait de constipation, chose fréquente chez les enfants.”
  1. “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereuses que les maladies”

    “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereu­ses que les maladies”

    Les rumeurs et fausses informations propagées principalement sur internet au sujet des vaccins constituent un danger encore plus grand que les maladies elles-mêmes, a déclaré jeudi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au sommet Global Vaccination organisé à Bruxelles. La reine Mathilde, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block ont assisté à l'événement.
  2. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.