L’immobilité tue: il faut bouger !

L’être humain n’a jamais été aussi “immobile” qu’aujourd’hui. Il est grand temps de bouger. Et si l’époque n’encourage plus le déplacement, le corps, lui, en a bien besoin. Sa santé en dépend... 

Plein écran
Illustration © getty

Travailler en position assise huit heures par jour nuit gravement à la santé. C’est pourtant le lot de plus en plus d’employés à travers le monde depuis que la technologie a révolutionné le transfert de données et l’organisation des tâches au sein du monde professionnel. Or, l’Homme bouge depuis la nuit des temps. Le chasseur-cueilleur d’hier n’avait d’ailleurs pas le choix : il devait se déplacer pour se nourrir, pour survivre, et cette habitude a fortement déterminé le fonctionnement de son organisme. 

Technologie et sédentarité 

Aujourd’hui, l’Homme se déplace le plus souvent en véhicule motorisé, travaille toute la journée devant un écran d’ordinateur, regarde Netflix toute la soirée et commande ses repas via son smartphone. Un niveau de sédentarité sans précédent. Un changement de sa dynamique originelle qui n’est évidemment pas sans conséquence, rappelle Quartz

Bouger plus, bouger mieux

Pour compenser, le travailleur lambda se tourne vers une activité motrice : la pratique d’un sport, la course à pied, le vélo, le fitness, la natation, etc. Or, les études dans le domaine prouvent que l’exercice ne suffit généralement pas à “annuler" les effets de l’immobilité contemporaine. Une demi-heure de jogging vaut-il mieux qu’une heure de marche ? Pas forcément. Selon Katy Bowman, il faut surtout revoir notre rapport au mouvement, ne pas se focaliser sur l’exercice mais plutôt sur une solution destinée à éradiquer cette tendance à l’effort physique minimal. 

Molly Rubin est allée à la rencontre de Katy Bowman pour comprendre sa démarche. 

Chez Katy Bowman, il n’y a pas de canapé, pas de chaises non plus. Plutôt des tables basses et quelques coussins : s’asseoir, se relever, autant d’habitudes adoptées pour réintégrer le mouvement à la vie de tous les jours. Elle organise également ses armoires différemment : les assiettes rangées dans les compartiments inférieurs de la cuisine pour s’accroupir et s’imposer ainsi un effort régulier (voir vidéo). Elle a aussi installé plusieurs structures à l’intérieur et à l’extérieur inscrire cette nécessité vitale dans son environnement immédiat. 

Selon l’expert Keith Diaz, une demi-heure de marche au lieu d’une demi-heure de pause dans le canapé réduit le risque de mortalité de 17 %. Il convient dès lors d’alterner les périodes de travail assis et les pauses “motrices”. Le corps en a besoin. Votre santé en dépend. 

  1. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.
  2. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.