Plein écran
© getty

L'obésité serait plutôt dans le pré

Et si, contrairement à une idée répandue, l'épidémie mondiale d'obésité provenait davantage des campagnes que du mode de vie urbain? C'est ce qu'avance une vaste étude publiée mercredi.

"L'obésité augmente plus rapidement dans les zones rurales de la planète que dans les villes", écrivent les auteurs de cette étude parue dans la revue Nature. "Cela signifie que nous devons repenser notre manière de répondre à ce problème mondial de santé publique", estime dans un communiqué l'auteur principal de l'étude, le professeur Majid Ezzati, de l'Imperial College de Londres.

Ces travaux compilent plus de 2.000 précédentes études, portant sur 112 millions d'adultes de 200 pays entre 1985 et 2017. Les chercheurs se sont focalisés sur l'évolution de l'indice de masse corporelle (IMC) de tous ces individus durant cette période. Cet indice sert à mesurer le surpoids et l'obésité. On l'obtient en divisant le poids (en kilos) par la taille (en mètres) au carré. Au-dessus de 25 pour un adulte, on est en surpoids. À partir de 30, on parle d'obésité.

Selon l'étude, de 1985 à 2017, l'IMC a globalement augmenté de 2 points pour les femmes et de 2,2 pour les hommes, soit un gain de poids de 5 à 6 kilos en moyenne par individu. Or, "55% de cette hausse globale est due à l'augmentation observée dans les zones rurales", selon l'étude. Dans certains pays à faibles et moyens revenus, les zones rurales comptent même pour 80% de l'augmentation. En outre, durant les 32 années étudiées, l'augmentation moyenne de l'IMC dans les zones rurales a été de 2,1 points pour les hommes comme pour les femmes, alors qu'elle n'a été que de 1,3 pour les hommes et 1,6 pour les femmes dans les villes.

"Les résultats de cette vaste étude contredisent l'idée communément répandue selon laquelle l'augmentation mondiale de l'obésité est due au fait que de plus en plus de gens vivent dans des villes", selon le Pr Ezzati.

Malnutrition après sous-nutrition
L'étude distingue les pays riches des pays pauvres. Dans les pays riches, l'IMC était déjà plus élevé dans les zones rurales en 1985. "Les discours de santé publique ont tendance à se concentrer sur les aspects négatifs de la vie urbaine", note le Pr Ezzati. "En réalité, vivre en ville donne accès à une meilleure nutrition et à davantage d'exercice physique (grâce à de meilleures infrastructures sportives, ndlr)", poursuit-il.

A l'inverse, l'obésité dans les zones rurales des pays à faibles et moyens revenus monte en flèche, en raison du changement des conditions de vie: accès plus facile aux aliments ultratransformés et aux boissons sucrées, dont la consommation favorise la prise de poids, et mécanisation de l'agriculture, qui entraîne une baisse de l'activité physique.

Résultat: les populations de ces zones sont passées d'un problème de sous-nutrition à un problème de malnutrition. "Avec la hausse de leur niveau de vie, ces populations rurales sont confrontées à un nouveau défi, qui n'est plus de se fournir suffisamment à manger, mais de se fournir une nourriture de bonne qualité", assure le Pr Ezzati.

Selon le commentaire d'un scientifique extérieur à l'étude, lui aussi publié par Nature, ces conclusions sont "fondamentales". En effet, jusqu'à présent, "les politiques de prévention en santé publique se sont focalisées sur l'obésité en ville", souligne Barry Popkin, spécialiste de la nutrition à l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill (Etats-Unis). Il cite par exemple les mesures destinées à favoriser la marche et le vélo en ville.

Selon lui, les résultats de l'étude devraient inciter à prendre davantage en compte les zones rurales des pays pauvres. Parmi les pistes avancées, une taxation accrue des aliments ultratransformés et des sodas.

L'obésité, à laquelle une journée européenne sera consacrée le 18 mai, favorise la mortalité due aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à certains cancers. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'environ 13% des adultes (11% des hommes et 15% des femmes) étaient obèses en 2016. Selon une étude publiée l'an passé, si cette tendance se confirme, près d'un quart de la population mondiale sera obèse en 2045.

  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.