Plein écran
© afp

La dernière surprenante tendance en matière d'exercice physique

Adonna Ebrahimi est étirée de tout son long sur son tapis de yoga, essayant tant bien que mal de maintenir la position du cobra - et son sérieux - tandis que deux chevreaux jouent les équilibristes sur son dos.

Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp

Elle fait du "Goat Yoga", ou "Yoga chèvre", la dernière folie en matière d'exercice physique aux Etats-Unis.

Des yogis de tous âges se ruent à ces cours très populaires où les pratiquants se quittent non seulement avec le traditionnel "namaste" mais aussi avec quelques fous rires.

Pratiqués dans des fermes à travers le pays, ces cours se déroulent tandis que des chèvres naines guinéennes - 40 à 50 cm au garrot à l'âge adulte - vaquent parmi les tapis. Et un peu partout autour.

"Au début, c'était un peu effrayant parce que je ne savais pas que les chèvres allaient sauter sur mon dos", explique Mme Ebrahimi, 53 ans, à l'issue de sa première séance de "Goat Yoga" près de Los Angeles. "Puis elles étaient là et on pouvait sentir la chaleur des animaux... On était sur la paille, au soleil, avec les arbres et le ciel bleu autour de nous, et c'était tellement relaxant et paisible", se souvient-elle.

Une vingtaine de personnes et quinze chèvres - dont onze chevreaux - ont participé à ce cours à 15 dollars de l'heure, soit le même prix en moyenne qu'un cours classique.

Meridith Lana, le professeur de yoga, encourageait ses élèves à "expirer", "aspirer le nombril jusqu'à la colonne vertébrale" ou encore à "surveiller leur posture", au milieu du bêlement des caprins occupés à sauter sur le dos des humains, à mastiquer leurs cheveux ou leur barbe ou à lécher leur visage. Quelques-uns se sont également laissés aller à satisfaire leurs besoins naturels.

Cadeaux sur le tapis
"Elles sont adorables et amicales", déclare Lana. "Elles mangent vos cheveux, elles vous laissent des cadeaux sur votre tapis mais tout se déroule dans une bonne ambiance. La thérapie que vous recevez ici est inestimable", estime-t-elle.

Danette McReynolds, dont la famille est propriétaire des chèvres, explique avoir décidé d'accueillir ces classes de yoga hors du commun afin de récolter des fonds car sa fille de 16 ans et une amie prévoient de présenter les animaux à un salon agricole dans le Wisconsin cet été. "Nous ne savions pas comment ça allait se passer mais ça a décollé, et nous affichons complet", se réjouit-elle. "Les gens adorent. Ils décompressent, ils câlinent les chèvres et se relaxent".

Le succès est tel que des listes d'attente ont été ouvertes. Un site de l'Oregon, dans le nord-ouest des Etats-Unis, affirme avoir inscrit des centaines de personnes sur la sienne.

Selon la prof de yoga, interagir avec les chèvres représente une expérience similaire à celle de jouer avec un animal domestique, ce qui a été prouvé par des études cliniques comme un exutoire au stress et un moyen d'apaiser les gens. "Le bonheur apporté par les chèvres est fantastique", dit Mme Lana. "Tous les animaux sont thérapeutiques mais il y a quelque chose de tout simplement incroyable avec ces chèvres".

"Vous pouvez être en posture de l'enfant et, tout d'un coup, vous ne voulez plus vous relever parce qu'il y a une chèvre sur votre dos", poursuit-elle. "S'il y a une chose que ces chèvres vous permettent de faire, c'est d'avoir conscience" de son environnement.

Plusieurs de ses élèves ont bien signalé que les chèvres gênaient parfois leurs étirements et positions... tout en estimant qu'elles étaient aussi une distraction bienvenue - qui fait glousser les participants et leur donne envie de revenir. "Il y a une libération totale de la tension, de la frustration", souligne Judy Waters, qui a suivi un cours avec son mari et plusieurs amis, dont l'une célébrait son anniversaire.

"Vous ne pouvez pas vraiment être de mauvaise humeur lorsque vous êtes entouré de chevreaux qui font des bêtises", ajoute-t-elle. Et il y a un bonus, selon elle: "Je n'ai pas pensé une seule fois à l'administration à Washington pendant toute l'heure" du cours, rit-elle. "J'adorerais faire ça chaque semaine si je pouvais".

Plein écran
© afp
  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.