Plein écran
François Lambert, neveu de Vincent Lambert. © afp

La justice française valide l'arrêt des soins pour un tétraplégique en état végétatif

La justice française a confirmé jeudi "l'obstination déraisonnable" à l'endroit de Vincent Lambert, un Français tétraplégique plongé dans un état végétatif depuis dix ans, ouvrant la voie à la procédure d'arrêt des soins voulue par l'hôpital où il se trouve.

La famille de Vincent Lambert se déchire sur son sort: son épouse, Rachel Lambert, et une partie de sa famille, dont son neveu François (photo) souhaitent un arrêt des soins, tandis que les parents et une autre frange familiale se battent pour son maintien en vie.

"Il résulte (...) que le maintien des soins et traitements constitue une obstination déraisonnable" et "que la volonté de Vincent Lambert de ne pas être maintenu en vie dans l'hypothèse où il se trouverait dans l'état qui est le sien depuis dix ans, est établie", affirme l'ordonnance du tribunal de Châlons-en-Champagne.

En avril, le centre hospitalier universitaire (CHU) de Reims s'était prononcé en faveur d'un arrêt des traitements.

Mais les parents de Vincent Lambert, fermement opposés à sa fin de vie par arrêt des traitements, avaient déposé une requête en urgence pour tenter de suspendre cette décision.

La justice a donné raison jeudi à la décision de l'hôpital selon laquelle "le maintien des soins et traitements qui sont prescrits à Vincent Lambert, dont l'alimentation et l'hydratation font partie, n'a pour effet que le seul maintien artificiel de la vie du patient".

L'état "irréversible" du patient tétraplégique de 42 ans, père de famille, a été souligné par deux expertises judiciaires, en 2014 puis en 2018.

Dans ces conditions, la décision du médecin n'est "pas contraire aux prescriptions" posées par la loi française sur la fin de vie, a souligné le tribunal.

La mise en oeuvre effective de l'arrêt des soins demeure cependant incertaine: les parents du patient avaient en effet annoncé qu'ils feraient appel devant le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, si leur requête était rejetée.

  1. “Maëlle, ce n’était pas du harcèlement scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    “Maëlle, ce n’était pas du harcèle­ment scolaire”, elle n’est pourtant pas la seule de l’école

    À la fin du mois de janvier, Maëlle (15 ans) a décidé de se donner la mort. Elle faisait l’objet d’un harcèlement de la part de plusieurs élèves du Centre Scolaire Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Toute l’école a été particulièrement affectée par cet événement. L’enquête judiciaire est toujours en cours. Pour l’instant, le Parquet de Charleroi se refuse à tout commentaire.
  2. Le témoignage d’une aide-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostitution. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Le témoignage d’une ai­de-ménagère: “Le métier de femme de ménage est un peu comme la prostituti­on. Il est facile d’y entrer, mais beaucoup plus difficile d’en sortir”

    Il existe des métiers plus faciles que d’autres, des métiers qui rapportent plus que d’autres et des métiers qu’il est plus difficile de quitter que d’autres. Selon Maya (nom d’emprunt), être aide-ménagère n’est pas compliqué. En revanche, faire ses adieux au milieu, comme elle souhaite le faire depuis longtemps, c’est une autre histoire.