Plein écran
© getty

La troisième "tournée minérale", c'est déjà demain

La troisième édition de la campagne "Tournée Minérale" débutera ce vendredi 1er février, à l'initiative de la Fondation contre le Cancer et le VAD/De Druglijn. Les participants, qui étaient plus de 47.000 jeudi en début de soirée, s'engagent à passer le mois de février sans boire une goutte d'alcool.

L'an dernier, près de 105.000 personnes s'étaient engagées pour la deuxième édition, individuellement ou en équipe, et plus de 120.000 pour la première.

"Cette année, nous comptons moins d'inscriptions, car nous avons démarré la promotion deux mois plus tard dû au passage radio (plutôt que la télévision)", explique-t-on du côté des organisateurs.

"Tournée Minérale" vise à attirer l'attention sur la problématique de la consommation d'alcool et à soutenir la recherche contre le cancer.

La campagne 2019 met l'accent sur les effets bénéfiques d'une diminution de la consommation d'alcool sur la santé. Selon une enquête réalisée auprès de participants de l'année dernière, nombre d'entre eux ont déclaré se sentir mieux dans leur peau, avoir un sommeil de meilleure qualité, avoir perdu un peu de poids ou se sentir plus énergiques.

Cette année, le site internet de "Tournée Minérale" propose à nouveau un "Mocktail Mixer" permettant de composer des cocktails sans alcool, ainsi qu'un calculateur d'alcool, indiquant le nombre de morceaux de sucre évité en ne consommant pas d'alcool.

Plusieurs personnalités participent à cette édition 2019, comme l'écrivain Thomas Gunzig ou l'animatrice Émilie Dupuis.

"Tournée Minérale" ne vise pas à promouvoir l'abstinence définitive une fois le mois de février écoulé mais à "sensibiliser les participants de manière ludique à leur rapport à l'alcool", à "leur faire constater qu'ils peuvent très bien s'en passer et s'amuser", ou encore à "leur faire découvrir de délicieuses autres boissons sans alcool".

Selon les organisateurs, plus de trois quarts des participants à "Tournée Minérale" l'an dernier ont respecté leur "engagement" et n'ont pas bu une seule goutte d'alcool en février. "D'autres ont préféré faire preuve de modération, sans arrêter complètement", soulignent-ils encore.