Plein écran
Home sweet home! © Getty Images

Le logement serait l’un des facteurs les plus importants pour notre bonheur

La recherche du bonheur occupe aujourd’hui une place prépondérante dans nos vies. Facteur de rupture avec les générations précédentes, le toujours plus, toujours plus vite monopolise l’attention médiatique, privilégiant l’individu au delà des liens communautaires. Et si le bonheur ne se trouvait pas là où nous le cherchions? Et si il résidait dans la satisfaction de nos besoins de base, comme simplement d’avoir un chez soi dans lequel on se sente bien ? Une étude a exploré l’impact du logement sur le bonheur afin d’apporter quelques éléments de réponses.

“Qu’est-ce qui fait d’une maison un chez soi ? Et qu’est-ce qui fait d’un chez soi un heureux chez soi?” Voici deux questions auxquelles a tenté de répondre l’étude menée par les sociétés Kingfisher, B&Q et l’Institut de Recherche sur le Bonheur, dont les résultats ont été publiés en 2019.

Le GoodHome Report a interrogé plus de 13 000 personnes dans dix pays européens ainsi que des experts internationaux sur le sujet. Les recherches se sont centrées sur les connections émotionnelles que les personnes entretiennent avec leur logement. Que ce soit une maison ou un appartement, une location ou une propriété, une vie en groupe ou seul, certaines conclusions générales ont pu être dégagées.

Le logement a un impact direct sur notre bonheur. 73% des personnes interrogées lors de l’étude qui sont satisfaites de leur logement sont aussi heureuses dans leur vie en général. Le logement, dont l’impact constitue 15% de notre bonheur total, se place ainsi comme un des facteurs les plus essentiels, au même titre que la santé mentale (17%) ou physique (14%) et loin devant la profession exercée (3%) ou le revenu (6%).

Pays-Bas, Allemagne et Danemark en tête

Selon l’étude, les trois pays où les personnes sont les plus heureuses chez elles sont les Pays-Bas, l’Allemagne et le Danemark. Le bonheur chez soi croît avec l’âge et fait un bond de satisfaction à partir de 50 ans. Mais de manière plus centrale, l’étude cite cinq facteurs qui influencent le plus la qualité des logements. Il s’agit des sentiments de sécurité, de confort, d’identité, de fierté et de contrôle.

Le chez soi est un endroit où l’on est à l’abri des menaces extérieures. On doit pouvoir y satisfaire des besoins primaires, comme le repos et l’alimentation. Il faut pouvoir aménager son logement selon ses goûts afin de s’y sentir bien et pouvoir l’entretenir correctement afin d’en être fier. Il faut également avoir un certain contrôle sur les choses qui s’y passent et la possibilité d’effectuer des changements, même petits.

Si avoir un grand logement n’est pas nécessaire, le sentiment d’avoir de l’espace, lui, est particulièrement important. Le fait de posséder son propre logement n’influence pas son impact sur le bonheur en général. De même, la localisation de celui-ci n’a pas grande importance, au contraire de la qualité de l’air, la lumière naturelle, la température ou la possibilité d’avoir un espace vert. 

  1. Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systématique?

    Le recours aux drains en cas d’otites chroniques est-il trop systémati­que?

    La Mutualité chrétienne (MC) met en garde mercredi sur le taux élevé de poses de drains auriculaires chez les enfants souffrant d'otites à répétition, alors que "cette opération chirurgicale est souvent inutile et présente des risques liés à l'intervention sous anesthésie générale". Elle appelle dès lors le corps médical ainsi que les parents à réfléchir à deux fois avant de privilégier un tel traitement.
  2. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.