Plein écran
© thinkstock

Le secret de l'ovule dévoilé

L'élément-clé de l'ovule qui permet au spermatozoïde de le reconnaître et de venir s'ancrer à lui, toute première étape de la fécondation, a été identifié au terme d'une dizaine d'années de recherche, selon des travaux publiés mercredi dans la revue scientifique Nature.

Cette découverte pourrait déboucher sur l'amélioration du traitement de l'infertilité ou le développement de nouveaux contraceptifs, estiment les chercheurs.

Pour qu'il y ait fécondation, il faut que l'ovule et le spermatozoïde s'amarrent l'un à l'autre.

Cette reconnaissance réciproque et leur capacité à s'attacher l'un à l'autre, premier pas vers leur fusion et la formation de l'embryon, dépendent de la présence de protéines et de leur interaction.

Des chercheurs japonais avaient découvert en 2005 la protéine en jeu chez le spermatozoïde, baptisée Izumo, mais son pendant sur l'ovule restait un mystère. Il vient d'être levé.

En effet, des chercheurs du Wellcome Trust Sanger (Grande-Bretagne) font état de la découverte de la protéine située sur la membrane de l'ovule, qu'ils ont surnommée Junon (Juno en Anglais), du nom de la déesse de la fertilité.

Les souris mâles, dont le sperme n'est pas porteur d'Izumo, sont infertiles.

Les souris femelles dénuées de la protéine-récepteur Junon sont également stériles, leurs ovules déficientes étant incapables de fusionner avec du sperme normal pour former un oeuf.

Les observations indiquent que l'interaction entre Junon et Izumo est essentielle à la fécondation normale chez les mammifères.

Les chercheurs suggèrent en outre que la protéine Junon, qui disparaît rapidement après l'ancrage, joue un rôle dans le blocage qui prévient la fusion avec un spermatozoïde supplémentaire.

  1. Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Les médecins la pensaient constipée, elle meurt d’un cancer à 3 ans

    Son instinct maternel savait que quelque chose n’allait pas. Aoife Flanagan, une fillette de 3 ans vivant à Rayleigh au Royaume-Uni, se plaignait d’avoir mal au ventre. Elle a ensuite confié à sa mère qu’elle souffrait de douleurs dans d’autres parties de son corps. Eilish, inquiète, a emmené Aoife chez les médecins à plusieurs reprises: onze fois en trois semaines. Elle explique à Fox News: “Elle a été hospitalisée à plusieurs reprises pour des infections mais on nous disait qu’elle souffrait de constipation, chose fréquente chez les enfants.”
  1. “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereuses que les maladies”

    “Les fausses infos sur les vaccins sont encore plus dangereu­ses que les maladies”

    Les rumeurs et fausses informations propagées principalement sur internet au sujet des vaccins constituent un danger encore plus grand que les maladies elles-mêmes, a déclaré jeudi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), au sommet Global Vaccination organisé à Bruxelles. La reine Mathilde, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker ainsi que la ministre de la Santé Maggie De Block ont assisté à l'événement.
  2. Végétalisme déconseillé aux enfants et femmes enceintes: des scientifiques dénoncent un “avis infondé”

    Végétalis­me déconseil­lé aux enfants et femmes enceintes: des scientifi­ques dénoncent un “avis infondé”

    Une centaine de médecins belges et étrangers se sont à nouveau indignés jeudi de l'avis rendu en juin par l'Académie royale de médecine de Belgique (ARMB), déconseillant aux femmes enceintes et enfants d'observer un régime végétalien, qui exclut tous les produits issus du règne animal. Dans une réponse adressée à l'ARMB, ces scientifiques dénoncent un "avis infondé" qui "relève de la désinformation", alors que l'instance soutient remplir sa mission d'information.