Le yoga n'est pas aussi sexy que ce que vous imaginiez

Jonah Sargent, un homme originaire du Minnesota, a photographié une soixantaine de personnes en train de faire du yoga. Il souhaite montrer au public que ce sport n'est pas aussi glamour que ce que l'on pourrait croire.

Si vous suivez des comptes Instagram dédiés au yoga, vous savez comment ce sport est mis en scène aujourd'hui sur les réseaux sociaux. Des jolies blondes aux mensurations idéales réalisent des postures acrobatiques sur fond de soleil couchant. Elles portent des tenues tendances et aucune mèche de cheveux ne s'échappe de leur coiffure impeccable, ces filles semblent maîtriser leur art sans le moindre effort. Mais la réalité est quelque peu différente. Originaire du Minnesota, Jonah Sargent a décidé de montrer à quoi ressemblait vraiment un cours de yoga.

Il a ainsi photographié une soixantaine de personnes en train de pratiquer cette discipline à Berlin et à Minneapolis et il en a fait un livre, "Faces of Yoga". Résultat: des visages transpirants et rougis par l'effort. Sur certaines photos, il est parfois difficile de dire si les sportifs ressentent de la douleur ou du plaisir. "J'ai eu l'idée de faire ce livre suite à une expérience", raconte à Mashable Jonah Sargent. Ce dernier s'occupe du nettoyage d'un studio de yoga situé dans les quartiers chics de Minneapolis. En échange, il peut participer aux cours gratuitement.

"J'ai souvent l'occasion de voir que les gens achètent des pantalons et des tapis de yoga hors de prix ou des headbands de designer. Un jour, une femme a acheté une tenue à 500 dollars (469 euros) simplement parce que le prof lui a dit qu'elle était sexy dedans. Pendant le cours, le coach a continué à la complimenter et la femme se regardait tout le temps dans le miroir pour réajuster sa tenue. J'ai trouvé ça marrant de voir à quel point on avait rendu cette ancienne discipline glamour", poursuit le jeune homme de 25 ans.

Jonah Sargent explique également que certaines personnes se concentrent trop sur le nombre de "likes" qu'elles vont recevoir sur Instagram: "Mon livre fait office de rappel, nous avons tous l'air moches quand nous faisons du yoga. Nous devrions plutôt nous plonger dans cette discipline et oublier tout le reste".

  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.