Plein écran
© getty

Les aînés auraient un quotient intellectuel plus élevé que leurs frères et soeurs

Selon une étude publiée dans le Journal of human resources, l'aîné d'une fraterie aurait plus de chances de réussir sur le plan académique et intellectuel.

Cette étude américaine démontre que les premiers d'une fraterie s'en sortent mieux d'un point de vue académique et intellectuel: "Pour leur premier enfant, les parents ont tendance à vouloir tout faire correctement. Ils font généralement plus attention à leurs interactions et à leurs investissements avec le premier-né", expose Jee-Yeon K. Lehmann, auteure de l'étude, interrogé par le site d'information Today.

L'étude a observé 5000 enfants de la petite enfance à l'âge de 14 ans. "À chaque nouvel enfant, les parents ont tendance à être plus laxistes sur les sujets qu'ils ne considèrent pas comme essentiels au développement de leurs enfants", explique la chercheuse. 

Une meilleure santé pour le cadet
D'après les chercheurs, les cadets obtiennent de moins bons résultats aux évaluations cognitives et cela peut encore se ressentir à l'âge adulte. Les enfants nés plus tard ont un quotient intellectuel inférieur à celui de leur aîné. Selon d'autres études, ils gagneraient généralement moins d'argent dans leur vie professionnelle. En revanche, les cadets ont une meilleure santé à leur naissance selon Jee-Yeon K. Lehmann.