Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images/Image Source

Les buveurs de thé seraient en meilleure santé et vivraient plus longtemps

Des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences médicales affirment que le fait de boire du thé au moins trois fois par semaine pourrait être lié à une vie plus longue et plus saine. Mais cela ne serait valable qu’avec le thé vert.

L'étude a été publiée dans la revue spécialisée  European Journal of Preventive Cardiology. Au total, 100.902 Chinois ont été suivis durant sept ans. Les participants ont été répartis en deux groupes: les buveurs de thé habituels qui en boivent trois fois par semaine ou plus, et ceux qui en boivent moins de trois fois par semaine ou jamais.

Les résultats ont montré que les buveurs de thé vivent en moyenne quinze mois de plus que ceux qui n’en boivent pas. Ils étaient également 20% moins susceptibles d’avoir un accident vasculaire cérébral.

“La consommation de thé est associée à des risques plus faibles de maladies cardiovasculaires et de décès toutes causes confondues. Les effets favorables sur la santé sont les plus importants avec le thé vert et pour les gens qui boivent du thé régulièrement et depuis longtemps”, a expliqué le Dr Xinyan Wang, l’un des auteurs de l’étude.

Dans une sous-analyse sur les différents types de thé, les chercheurs ont découvert que la consommation de thé vert était associée à une réduction d’environ 25 % des risques de maladies cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. Toutefois, aucune association significative n’a été observée pour le thé noir.

Selon les scientifiques, le thé vert est riche en polyphénols qui protègent contre les maladies cardiovasculaires, tandis que le thé noir est entièrement fermenté et peut perdre ses effets antioxydants au cours de ce processus.

  1. Pourquoi vous êtes si fatigué alors que vous ne faites pas grand-chose de vos journées?

    Pourquoi vous êtes si fatigué alors que vous ne faites pas grand-cho­se de vos journées?

    On ne va plus au restaurant, on ne voit plus nos amis et on ne perd plus de temps dans les embouteillages. Certains, même, ne travaillent pas du tout pour l’instant... Et pourtant, ce confinement nous éreinte: on est beaucoup à être exténués à la fin de nos journées. Pourquoi? Selon les experts interrogés par le journal The Independent, c’est à cause de l’inertie du sommeil. C’est une phase entre le sommeil ou l’éveil. Dans cet état, on se sent somnolent, on n’arrive pas à faire le tri dans nos idées et on est particulièrement maladroit.
  2. Le nombre de contaminés par le Covid-19 augmente à Charleroi: comparaison

    Le nombre de contaminés par le Covid-19 augmente à Charleroi: comparai­son

    Chaque matin, le Centre de Crise National détaille le nombre de décès et de contaminations dus au coronavirus. Il spécifie ensuite le nombre de cas dans les trois régions du pays. Mais depuis le mardi 31 mars, l’Institut belge de santé, Sciensano, publie la carte interactive du nombre de cas de Covid-19 dans chaque commune de Belgique. L’évolution au cours de la semaine écoulée n’est pas vraiment favorable à Charleroi.
  3. Coronavirus: la Ville de Charleroi commande des milliers de visières de protection

    Coronavi­rus: la Ville de Charleroi commande des milliers de visières de protection

    Les travailleurs du secteur des soins de santé sont quelque peu démunis face à la crise du coronavirus. Dans de nombreux endroits en Belgique, ils manquent de matériel de protection. Les commandes effectuées à la hâte par le gouvernement fédéral ont souffert d’irrégularités. Certaines ne sont jamais arrivées et d’autres n’étaient pas conformes aux normes. La Ville de Charleroi a décidé d’apporter son écot à la solidarité.
  4. Le stress du confinement parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Le stress du confine­ment parfait, entre apéros en ligne et nettoyage de printemps

    Vous espériez peut-être, dans ce contexte de confinement et de repli sur son jardin intérieur, ressentir moins de pression et de FoMo (fear of missing out, cette expression qui traduit la peur de manquer une occasion d’interagir). Pauvres dupes. Vous avez le sentiment de crouler encore plus sous la pression des apéros via “houseparty”, des parents qui bombardent les groupes Whatsapp de l’école d’exercices ludiques et de leur cadence de révisions, ou des maisons “plus propres et rangées que jamais” qui fleurissent sur Instagram? Bonne nouvelle, vous n’êtes pas seuls. La moins bonne, c’est que le stress de la performance sociale pendant le lockdown, ajoutée à celle du télétravail avec enfants, est un vrai danger pour votre santé mentale.