Plein écran
© thinkstock

Les cas de démence tripleront d'ici 2050, selon l'OMS

Vivre sainement réduit les risques de démence, recommande l'OMS, qui estime que le nombre de personnes souffrant de ce syndrome, causé en grande majorité par la maladie d'Alzheimer, devrait tripler d'ici 2050.

Faire du sport, suivre un régime méditerranéen, ne pas fumer, réduire sa consommation d'alcool, surveiller son diabète et son cholestérol... en résumé, vivre sainement réduit les risques de démence, selon l'OMS, qui ne parvient toutefois pas à quantifier cette diminution.

"Les preuves scientifiques recueillies (...) confirment ce que nous soupçonnons depuis un certain temps, à savoir que ce qui est bon pour notre coeur, est aussi bon pour notre cerveau", a relevé le directeur de l'Organisation mondiale de la santé, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

L'OMS estime que dans l'ensemble de la population, entre 5 et 8% des personnes âgées de 60 ans et plus sont atteintes de démence à un moment donné.

La démence constitue un problème de santé publique qui progresse rapidement, en raison du vieillissement de la population, et qui touche environ 50 millions de personnes dans le monde.

Selon les prévisions, ce nombre devrait tripler d'ici 2050, pour atteindre, 152 millions de personnes, a alerté l'OMS. La maladie d'Alzheimer est la cause la plus courante de démence et serait à l'origine de 60 à 70% des cas, selon l'agence.

L'âge, mais pas que
L'âge constitue le principal facteur de risque du déclin cognitif, mais la démence "n'est pas une conséquence naturelle ou inévitable de la vieillesse", assure l'OMS. "Nous savons qu'il existe des facteurs de risque de démence que nous pouvons modifier", a expliqué le Dr. Neerja Chowdhary, du département de la Santé mentale à l'OMS, lors d'une conférence de presse.

Plusieurs études récentes ont révélé un lien entre le développement de troubles cognitifs et de la démence, et les facteurs de risque liés au style de vie comme l'inactivité physique, le tabagisme, les régimes alimentaires peu équilibrés et la consommation nocive d'alcool, relève l'agence spécialisée de l'ONU.

Certains troubles, comme l'hypertension, le diabète, l'hypercholestérolémie, l'obésité et la dépression, sont associés à un risque accru de démence. D'autres facteurs de risque modifiables sont "l'isolement social et l'inactivité cognitive", pointe l'OMS.

L'OMS appelle à la mise en oeuvre de stratégie publique pour prévenir la maladie.

Charge pour la famille et la société
Environ 60% des personnes souffrant de démence vivent dans des pays à revenus faibles ou intermédiaires, mais "ces pays sont ceux qui sont le moins préparés à faire face à cette charge croissante", a relevé Mme Chowdhary.

La démence engendre des coûts supplémentaires pour les familles, mais aussi pour les gouvernements, ainsi qu'une perte de productivité pour les économies, selon l'OMS.

En 2015, le coût social global de la démence était estimé à 818 milliards de dollars dans le monde, soit 1,1% du Produit intérieur brut (PIB). Il devrait s'élever à 2.000 milliards de dollars en 2030.

  1. Reprendre le sport après un accouchement? Oui, mais pas n’importe comment!

    Reprendre le sport après un accouche­ment? Oui, mais pas n’importe comment!

    Le sport, on le sait, est un atout non négligeable pour la santé. Il permet de garder la forme ou de la récupérer. Mais après une grossesse, peut-on s’y remettre tout de suite? Cette période de la vie d’une femme, bien que merveilleuse car elle engendre la vie, peut mettre votre corps à rude épreuve: prise de poids, douleurs musculaires, relâchement des articulations et des tissus, essoufflement,... L’accouchement, point d’orgue, est souvent comparé à un marathon. Alors, peut-on reprendre directement le sport après avoir donné naissance à son bébé? Il faut, avant toute chose, en parler à son gynécologue. Dès que celui-ci vous donne le feu vert, reprendre régulièrement et en douceur une pratique sportive vous redonnera tonus et vitalité, et ce même si bébé ne fait pas ses nuits.
  2. Quel impact le coronavirus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?
    Enquête nationale du bonheur

    Quel impact le coronavi­rus a-t-il eu sur le bonheur des Belges?

    La crise du coronavirus a rendu le Belge plus angoissé mais a aussi renforcé ses liens avec les autres, procurant un sentiment de solidarité bénéfique, ressort-il vendredi de l'Enquête nationale sur le bonheur menée par la compagnie d'assurance-vie NN et l'Université de Gand (UGent). Ces dernières formulent une série de recommandations pour remédier aux effets négatifs de la crise et renforcer le positif.
  3. Été et coronavirus: les bons gestes à adopter
    Play
    Coronavirus

    Été et coronavi­rus: les bons gestes à adopter

    Dans le cas d’étés particulièrement chauds tels que connus ces dernières années, avec des températures élevées de 30 voire 35 degrés, il existe déjà des populations “à risques”, qui sont malheureusement semblables aux personnes à risques dans le cas de l’épidémie de coronavirus, a souligné vendredi matin Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral Covid-19, lors de la conférence de presse désormais hebdomadaire, pointant par exemple les personnes âgées et les patients souffrant de maladies chroniques, cardiaques, pulmonaires ou rénales. Voici donc quelques conseils de bon sens glissés à l’approche de l’été.