Plein écran
Lea Michelle, la star de Glee, assume son nez. © getty

Les femmes juives assument de plus en plus leur nez

Pendant longtemps, les jeunes filles juives américaines ont eu recours à la rhinoplastie pour gommer leur nez, généralement trop large. C'est de moins en moins le cas aujourd'hui: les rhinoplasties chez les juives aux USA sont en baisse de 37%.

La procédure est de plus en plus populaire chez les Hispaniques et les Asiatiques. Selon les experts, si les demoiselles juives ne souhaitent plus refaire leur nez aussi souvent qu'avant, c'est notamment parce que les idéaux de beauté changent avec le temps.

Dans le passé, les juives voulaient se mêler à la foule et cherchaient donc à effacer les traces physiques de leurs origines. Les stars qui refusent de passer sous le bistouri aident évidemment aussi les demoiselles à assumer leurs imperfections ou leurs marques d'origine. La star de Glee Lea Michele a ainsi confié au magazine Us Weekly: "J'ai toujours été fière de mon corps, de mon nez juif, et tout ça. Hollywood est Hollywood mais cela ne changera rien."

  1. Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    Idées reçues sur l'hiver et ses maladies: quatre croyances bien ancrées à jeter aux oubliettes

    L’hiver est à nos portes... Bonne nouvelle pour certains qui adorent la période froide et les festivités de fin d’année. Mauvaise nouvelle pour d’autres qui craignent les maux hivernaux comme la peste. Mais saviez-vous qu’il existe quelques belles idées reçues concernant les pathologies hivernales et la protection contre les virus? On vous propose donc de trier le vrai du faux.
  2. Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Les futurs pères aussi devraient arrêter l'alcool

    Une nouvelle étude a établi un lien entre les malformations cardiaques congénitales d’un bébé et la consommation d’alcool de ses parents, a rapporté jeudi la chaîne américaine CNN. Ainsi, les pères qui ont bu au cours des trois mois avant la conception de l’enfant ont 44% de probabilités supplémentaires d’engendrer un bébé atteint de cardiopathie congénitale par rapport à ceux qui ne consomment pas d’alcool, voire 52% s’ils se sont adonnés au “binge drinking”, avec cinq boissons ou plus par épisode de consommation.